L’annonce a été faite lundi 12 juin, pendant la conférence PC Gaming Show de Los Angeles, le mythique jeu Age of Empires se prépare un bel anniversaire!

Pour les 20 ans du jeu, Microsoft vient d’annoncer la sortie de  »Age of Empires : Definitive edition », une version améliorée de l’un des jeux PC les plus populaires de l’histoire! 2017 oblige, cette version proposera des graphismes au top (4K), une bande-son enregistrée par un vrai orchestre et un gameplay amélioré!

C’était le seul jeu où un prêtre pouvait convertir un villageois en 3-4 coups de bâton!

On vous laisse jeter un œil à la bande-annonce du jeu, qui devrait sortir avant la fin de l’année!

***

Et rien qu’à entendre les premiers sons de la bande-annonce, je me retrouve quand j’étais un kid, devant mon ordi à écran pas plat du tout. Façon madeleine de Proust, une brochette de souvenirs pop up dans ma tête et me fais dire que fuck, ce jeu était mythique quand même!

C’était le seul jeu où un prêtre pouvait convertir un villageois en 3-4 coups de bâton! Mais encore plus fort, le même prêtre arrivait à convertir une catapulte en 3-4 coups de bâton. Une catapulte EN BOIS…!

Le jeu où tu pouvais rentrer 40 éléphants perses dans un bateau, mais pas 41 villageois.

Rien qu’à entendre les premiers sons de la bande-annonce, je me retrouve quand j’étais un kid.

Le jeu où la déforestation, c’tait pas mal l’objectif numéro 1, puis tant pis si quelques villageois se faisaient bouffer par des loups.

Le jeu où un champ de patates pouvait prendre feu quand il se faisait attaquer. Et donc, oui, un jeu où l’équipe adverse pouvait attaquer ton champ de patates avec son épée…

Le jeu où quand tu trouvais un espadon dans la mer, ton bateau mettait 10 minutes pour le pêcher et faisait plusieurs aller-retour. Comme s’il le pêchait en plusieurs morceaux tsé.

Le jeu où des Mayas pouvaient se battre contre des Égyptiens et des Mongols, en plein climat polaire.

***

Est-ce que vous aussi vous allez «être malade» le jour de la sortie du jeu?

 

Pour lire un autre texte de Fabien Kerneis: «The internet of shit : Ce que l’internet des objets a fait de pire»