Ça y est, c’est ce moment de l’année! Celui où votre fil Facebook est inondé de «Est-ce que je viens vraiment de m’enfiler huit épisodes de suite?» et de «Trump, Underwood, même combat».

Après une campagne promotionnelle soutenue, Netflix vient finalement de déposer sur son serveur les 13 épisodes de la 5e saison de House of Cards, la série qui a amorcé le grand changement dans notre façon de regarder la télé (aka l’écoute en rafale).

Et elle était attendue, cette 5e saison! Pas juste à cause de la finale de la saison précédente (j’y reviens plus bas). Pas seulement, non plus, parce qu’elle arrive près de trois mois plus tard que ce à quoi Netflix nous a habitués. Mais surtout parce que les télévores et les passionnés de politique américaine avaient hâte de voir si la réalité était devenue un spectacle encore plus divertissant que la fiction.

Avec Donald Trump qui enchaîne les scandales à un rythme effréné, est-ce que le vrai monde connaît dorénavant plus de rebondissements que ceux imaginés par les auteurs de House of Cards?

***

Précédemment, dans House of Cards…

 

Petite remise en contexte avant de plonger dans la nouvelle saison. Il y a 15 mois, on nous avait laissés sur une scène où le président Frank Underwood et sa femme Claire regardaient avec froideur la décapitation d’un otage américain par des sympathisants de l’ICO, la version fictive de l’État islamique.

Après des moments difficiles en début de saison, les Underwood étaient redevenus plus soudés que jamais dans leur soif de pouvoir. Frank avait survécu à une fusillade et Claire avait réussi à se positionner sur les bulletins de vote en tant que future vice-présidente auprès de son mari.

Le couple présidentiel était toutefois en mauvaise posture dans les sondages, tirant de la patte derrière le candidat républicain, jeune premier, héros de guerre, père d’une petite famille parfaite et très habile avec les réseaux sociaux.

Frank Underwood devait aussi éteindre les soupçons qui pesaient sur lui à la suite suite de la publication d’un article qui l’accusait d’avoir tué une journaliste et un sénateur, et d’avoir accédé à la présidence en manipulant les précédents vice-président et président américains (et beaucoup, beaucoup d’autres gens influents).

Pour lire la suite de l’article, c’est par ICI!