Si vous n’êtes pas encore tombés sous le charme de la plus-que-positive Kimmy Schmidt, il est temps de remédier à la situation! Si cette série télé était un drink, ça serait clairement un pichet de sangria sur une terrasse par un beau samedi après-midi d’été: agréable, drôle et léger avec une petite vibe de «je ne veux pas que ça finisse»!

La saison 3 est sur Netflix depuis vendredi et elle est aussi amusante que les deux autres toujours disponibles sur la plateforme.

Créée par Robert Carlock et Tina Fey (qui nous a donné la fantastique sitcom 30 Rock), la série Unbreakable Kimmy Schmidt a tout pour plaire: de l’humour, de l’amour et des personnages plus colorés les uns que les autres.

***

Un petit récapitulatif 

En Indiana, Kimmy Schmidt (Ellie Kemper) a passé 15 ans sous terre dans un bunker avec trois autres femmes, sous l’emprise du révérend Richard Wayne Gary Wayne, qui leur a fait croire que l’Apocalypse avait eu lieu.

Libérée par un groupe d’intervention, propulsée devant les projecteurs, Kimmy décide de s’installer à New York afin de retrouver l’anonymat… et une vie normale.

Voulant à tout prix être vue comme autre chose qu’une victime et ayant une attitude positive à toute épreuve, à 29 ans, elle (re)commence sa vie à neuf. Son passé est parfois difficile à cacher puisqu’elle ignore la majorité des références populaires des 15 dernières années et qu’elle ne sait pas toujours comment agir de façon appropriée.

Dans la Grosse Pomme, elle emménage avec Titus (Tituss Burgess), un acteur extraverti et exubérant qui rêve de faire carrière sur Broadway, mais dont la carrière n’est pas très fleurissante. Il est la définition même d’une drama queen.

Elle se lie également d’amitié avec sa propriétaire, Lilian (Carol Kane), une dame âgée, vraie de vraie New Yorkaise et street wise à souhait qui lutte contre l’embourgeoisement de son quartier.

 

Pour lire la suite de l’article, c’est par ICI!