Comme 80% des femmes ne portent pas la bonne grandeur de brassière… pourquoi en mettre une? L’émission Sexplora vous explique les raisons de la ranger dans le tiroir et de laisser tomber les files à La Senza. 

***

Nº01 – Le sein peut naturellement s’adapter à la pesanteur

En fait, ce serait le fait de soutenir le sein sans raison médicale qui engendrerait une fragilité au niveau des tissus. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le soutien des seins ne protégerait pas les tissus mammaires: il les fragiliserait. En effet, plusieurs études démontrent que les poitrines des femmes qui n’ont jamais porté de brassière ne présentent pas de signes de dégradations particuliers.

 

Nº02 – Porter un soutien-gorge n’est pas une obligation.

Plusieurs chercheurs étudiant les impacts du port d’un soutien-gorge concluent que son utilisation quotidienne découlerait de la formation d’un faux besoin. Certains mentionnent même que l’on devrait considérer la brassière au même titre qu’une orthèse ou qu’une ceinture lombaire, donc tout dépendant de la physionomie de chaque personne.

 

Nº03 – C’est confortable

Fini les bretelles mal ajustées, les attaches qui gratouillent ou les armatures métalliques qui piquent! Fini le port de tissus épais favorisant la transpiration! Vive la libération corporelle!

 

Nº04 – Ça permet de respirer mieux

Retirer le soutien-gorge peut diminuer la sensation d’oppression au niveau de la poitrine et permettre à la femme de déployer davantage sa cage thoracique pour respirer plus profondément.

 

Nº05 – C’est économique

Le montant investi dans l’achat de soutiens-gorges peut être plutôt substantiel, considérant que la femme doit en posséder suffisamment pour en porter quotidiennement, sans compter qu’il est possible qu’elle doive posséder différents modèles. Pensons-y, moins de soutien, plus de sous!

***

Pour consulter le magazine complet sur les SEINS, c’est par ICI!

 

Et pour lire un autre texte de Julie Lemay: «5 bonnes raisons d’apprivoiser le plaisir solitaire».

  • Féministe historique

    Bien, mais j’aurais aimé que cet article explique que le soutien-gorge il est là pour standardisé le corps des femmes et que nous ne sommes pas dans l’obligation de suivre ce standard contraignant. De plus, il faut mentionner que le soutif découle directement du corset du 19e siècle et qu’il s’agit d’une invention masculine. Mais c’est bien d’aborder ce sujet.

  • Féministe historique

    Bien, mais j’aurais aimé que cet article explique que le soutien-gorge il est là pour standardisé le corps des femmes et que nous ne sommes pas dans l’obligation de suivre ce standard contraignant. De plus, il faut mentionner que le soutif découle directement du corset du 19e siècle et qu’il s’agit d’une invention masculine. Mais c’est bien d’aborder ce sujet.

  • Féministe… féminine…

    Bien que je me considère féministe, la dernière chose que j’ai envie de faire c’est de brûler mon soutien-gorge! À une époque où la minceur est une valeur suprême, je comprends bien qu’on puisse se passer d’un soutien-gorge et qu’il devienne accessoire coquin! Un A / B n’est pas bien encombrant…. Cependant, la réalité est toute autre quand on porte un naturel D.
    En Rome Antique, la nudité n’était pas encore tabou, pourtant on a retrouvé des fresques de femmes faisant de l’exercice portant une bande de tissu pour maintenir leur poitrine. Il me semble qu’on ne peut nier le côté utilitaire de la chose! Alors oui, probablement qu’il faut le considérer en tant qu’ « orthèse »… et tant qu’à devoir porter une orthèse, je la désire confortable et très jolie! Pour moi et personne d’autre!

    • Zoé

      Il est tout aussi féministe de porter un soutien-gorge que de ne pas en porter! En effet, tout réside dans le CHOIX! ;) Malheureusement, cet article ma foi simpliste n’est pas très très nuancé… L’accent est davantage mis sur le « bannissement » du soutien-gorge que sur la liberté de décision.