La bonne vieille bécane va bientôt prendre un coup de jeune! Les cofondateurs de SmartHalo s’apprêtent à booster les bicyclettes du monde entier grâce à leur invention : un GPS connecté qui transmettra un bon lot de données aux cyclistes dénués de sens de l’orientation, mais soucieux de leurs stats. Voici leur incroyable histoire, faite d’audace et de sociofinancement.

 

TEXTE  HAMZA ABOUELOUAFAA     PHOTOS  LM CHABOT

***

Cet article est tiré du magazine Spécial Extraordinaire, disponible sur notre boutique en ligne.

***

La bicyclette, c’est beaucoup plus que des boulons, du métal et des câbles entortillés : c’est la plus belle promesse de liberté. On l’enfourche sans permis, les jours ensoleillés comme les jours de pluie, sous la rafale ou sous la brise d’été. C’est un navire quand la bourrasque arrive de bâbord, c’est une roquette en haut de la côte Berri, c’est la mule qu’on surcharge au retour du marché, c’est l’ami qui nous raccompagne les nuits trop arrosées.

Comme si Terminator made in Québec prenait le contrôle de ton vélo.

Le hic, c’est que les vélos n’ont pas évolué tant que ça depuis un siècle. Dans sa trépidante jeunesse, la reine Élizabeth devait assurément enfourcher un single speed nommé Churchill, modèle qu’un hipster du Mile-End doit tout aussi piloter. La seule différence : le hipster peut désormais survivre au tétanos si son vélo se rouille. Comment, donc, inscrire la «petite reine» dans l’ère de la modernité?

Quatre Montréalais se proposent de le faire grâce à un appareil nommé Smart Halo. Mais qu’est-ce? Eh bien, curieux fripon, c’est un peu comme si Terminator prenait le contrôle de ton vélo, pis qu’en plus il était made in Québec. Un «robot» local et équitable : on aime!

Bécyk à tout faire

Gadget venu tout droit du futur, Smart Halo peut transformer ta vieille Gertrude en DeLorean sur deux roues. Comment? On le greffe d’abord au guidon avec une clé magnétique à codage unique. Ensuite, il transmet un million de données à ton téléphone intelligent (temps, distance, vitesse moyenne, élévation, calories brûlées, etc.), le tout de façon automatique. Il émet aussi des halos de couleur pour te diriger si tu lui indiques une destination.

L’appareil résiste au froid, à la pluie et à la boue, et sûrement aux voyages dans le temps. Puis il sait des choses. Genre : il peut détecter la nuit et faire allumer tes phares, tout seul. Si un malotru ose trop s’approcher de ta monture, Smart Halo poussera une belle sirène tout en jugeant le voleur (shaming et décibels, meilleur système antivol au monde). Il ne lui manque que des sentiments pour remplacer ton père!

C’est entre deux bouchées de chili qu’ils avaient eu l’idée du Smart Halo.

Bref, c’est un truc épuré, tendance et utile, au quotient intellectuel élevé.

Les Power Rangers du vélo

Les grandes épiphanies surviennent généralement lorsqu’on est imbibé d’alcool ou autour d’un plat de chili au boeuf. C’est un peu ce qui arrive à Gabriel Alberola et Xavier Peich, amis de longue date, durant un roadtrip à Vegas/Miami Philadelphie pour faire du crystal meth/un concours de wet t-shirt visiter des musées. Entre deux bouchées de chili, ces jeunes fous ont l’idée, encore floue, du Smart Halo.

De retour à Montréal, ils approchent un ami, Maxime Couturier, pour qu’il conçoive une ébauche de leur idée. De l’aveu de ce dernier, c’est avec des bâtons de popsicle que les premiers modèles prennent forme. Mais pour compléter le groupe, il leur fallait un ingénieur. Ils le trouvent par les petites annonces, un genre de courrier du cœur version corpo. Ils swipent donc à l’unisson en faveur du profil d’Olivier Bourbonnais.

Les débuts étaient rudes.

Comme lorsque les Power Rangers formaient un immense robot-dinosaure, les gars devenus quatuor constituent aujourd’hui une équipe de choc, où chacun apporte son super-pouvoir: Gabriel, le fameux stratège de la communication; Olivier, le redoutable ingénieur électrique; Maxime, le formidable designer industriel; Xavier, le flamboyant requin des affaires.

(P.-S. Vous pouvez les imaginer en leggings de couleurs vives.)

Passer en vitesse supérieure

Les débuts sont rudes, confient-ils, surtout que personne ne comprend alors vraiment leur vision. «Plusieurs personnes nous trouvaient cutes de jouer les inventeurs. On essuyait quelques blagues… Mais d’un autre côté, on pouvait compter sur pas mal de monde: mentors, investisseurs, accélérateurs de projets, etc.»

La traversée du désert (à pied, pas à vélo) s’avère longue et pénible. Travailler des centaines d’heures en plus de leurs jobs respectives, c’est dingue, mais toutes ces embûches participent à la construction de leur légende. Eminem aurait-il profité autant de son succès si son passé n’avait pas été truffé d’obstacles, hein? Hein? Pareil.

Ils récoltent 60 000 dollars en … 15 heures.

Après plusieurs mois de travail acharné, les gars obtiennent finalement une bourse de HEC Montréal, qui leur permettra de financer leur vidéo promotionnelle sur Kickstarter.

Un tournage qui n’est sans repos, raconte Xavier. «C’était par moment assez ghetto: on a dû embarquer dans le coffre d’une voiture en mouvement pour faire une prise! On croisait les doigts pour ne pas tomber sur des policiers.»

Leur objectif: atteindre environ 60 000 dollars, une somme qu’ils récoltent en seulement 15 heures. Bébé fafa. Trente jours plus tard, ils atteignent la somme astronomique de 538 000 dollars. Say what? UN DEMI-MILLION DE DOLLARS (à prononcer lentement, avec une voix grave, tout en caressant votre chat).

Ont-ils été tentés de s’enfuir dans les Bahamas avec un tel butin? «Non : on vise le million, et encore plus.» Bam! PBSC, l’équipe derrière BIXI, leur propose un partenariat en septembre 2015. À partir de là, tout s’enchaîne rapidement.

Sont-ils stressés? On le rappelle: 3 354 personnes ont passé une commande pour recevoir un Smart Halo le 16 mai prochain. « Oui, mais le stress agit comme un stimulant. Ça nous motive davantage pour offrir un produit de qualité », disent-ils sans sourciller. Quand on pense que même Apple se trompe sur certains de ses modèles, le quatuor Smart Halo a des cuissards d’acier.

D’ailleurs, depuis un an, le quatuor a l’impression d’être dans les shorts de Lance Armstrong sous stéroïdes: tout va vite, très vite. Un principe en physique veut que plus on gagne en vitesse, plus on est en équilibre. Une chose est sûre: ces gars-là pédalent sur un double tandem à la vitesse de la lumière.

***

L’année dernière Olivier Bourbonnais et Xavier Peich nous parlaient de la pression qu’ils ressentaient à la veille d’un important accouchement, de sociofinancement et de l’aura sexy des entrepreneurs.

 

Pour lire une autre entrevue d’Hamza Abouelouafaa: «L’historien derrière Assassin’s creed».

 

Pour vous procurer le magazine URBANIA Spécial Extraordinaire, rendez-vous sur notre boutique en ligne.

URBANIA-43_Couv-Croppé