Imaginez deux secondes que Trudeau décide de couper l’Internet à toute une région du Canada, sous prétexte qu’elle parle une autre langue. Tiens, et si Trudeau coupait Internet dans tout le Québec, parce que le Québec manifestait contre la marginalisation dont il serait victime?

Un truc de fou right?

Comme nous le montre l’émission franco-allemande Tous les internets, c’est exactement la situation que vivent les régions anglophones du Cameroun en ce moment, depuis le 19 janvier 2017…

Héritage de la colonisation, le Cameroun est un pays bilingue; le français en majorité et l’anglais dans une petite partie du pays. C’est cette partie anglophone qui est surnommée la «Silicon Mountain» car la plupart des starts-up et entreprises du web sont basées autour de la ville de Buea.

Les start-ups les plus ambitieuses du pays sont paralysées.

À la base de ces manifestations de la communauté anglophone camerounaise; un sentiment de marginalisation.

Le système scolaire du Cameroun est en français et donc des professeurs francophones sont chargés de donner les cours. Il en est de même pour le système judiciaire, le pays impose à ses citoyens anglophones d’exercer en français, d’où le problème…

À la suite des manifestations (pourtant pacifiques), les leaders des groupes anglophones ont été arrêtés et le shutdown d’Internet a démarré, mettant en grandes difficultés les entreprises du coin. Celles qui ont les moyens ont déménagé en région francophone pour avoir Internet. Celles qui n’ont pas les moyens de déménager sont condamnées.

#Bring-Back-Our-Internet

L’autre fois chez URBANIA, on a eu une panne de wifi, fak on a lancé un band de musique puis on a même écrit un article sur la crise que l’on traversait… On croyait devenir fou alors que ça n’a duré qu’une heure. Au Cameroun, ça fait déjà presque 2 mois…

La «Silicon mountain» a pris un sacré coup, mais ne veut pas se laisser faire.

Pour sensibiliser à ce combat auquel chaque internaute et chaque fan de vidéo de chat est sensible, les anglophones camerounais ont lancé le hashtag Bring-Back-Our-Internet. Même que Edward Snowden l’a repris! Avec celui-ci, ils espèrent dans un premier temps récupérer Internet pour pouvoir recommencer à vivre normalement (juste vivre dans le bon siècle quoi), et dans un deuxième temps avoir plus d’autonomie vis-à-vis du pouvoir central.

Plusieurs activistes ont également attaqué les sites du gouvernement avec le même type de message, mais aucune amélioration n’est en vue pour l’instant.

 

 

Pour découvrir un autre épisode de Tous les Internets: «Effacer la haine des murs de Montréal».