C’est évidemment Lili dans Le Chalet. Mais c’est aussi Marie-Miel de Père-poule, Nicole de Tu dors Nicole et Soleil Labelle dans Les étoiles filantes, la série, pas la toune des Cowboys Fringants. La comédienne multi-écrans Julianne Côté joue actuellement le rôle de Nathalie Lamontagne, la sœur de Louis-José Houde, dans Ça sent la coupe, le dernier film du cinéaste Patrice Sauvé.

Ça sent pas juste la coupe, ça sent aussi le succès pour un film qui mélange histoire d’amour et histoires de hockey. Un genre de Lance et compte, mais plus tendre et juste une fois.

Julianne a accepté de se prêter au jeu «Complète la phrase…», une formule qui a déjà séduit Boom Desjardins, Les Sœurs Boulay et Pierre-Luc Funk. Mais cette fois avec des «termes de hockey.»

***

On drop la puck…maintenant.

La rencontre a lieu en direct de… En direct de chez moi idéalement. J’ai ben de la misère à décoller de mon divan ces temps-ci.

Sur le premier trio Sarah-Jeanne Labrosse, ma grand-mère et mon père. Avec eux dans mon équipe, ça peut juste bien aller. Les trois m’aiment aveuglément et j’haïs pas ça.
Jeter les gants pour… ma famille et mes ami(e)s. Je suis une maman ourse en ce qui concerne les gens que j’aime.
Punition pour avoir… volé un sachet de peanuts en voyage à Punta Cana avec Sarah-Jeanne. Nous n’avions pas fait exprès (juste oublié de les payer parce qu’on avait les mains chargées, mais tout de même). On les a mangés au lieu de les rapporter mettons…
Le but de Julianne Coté assisté de… n’importe qui honnêtement parce que je suis tellement bovine avec un bâton de hockey entre les mains qu’il n’y a pas grand-chose à faire. 
L’important, c’est la dureté du… du concombre. Y’a RIEN qui m’écœure plus qu’un concombre mou. Aucun deuxième niveau à caractère sexuel dans cet énoncé promis. 
Retirer le chandail… de Michelle Pfeiffer. Je l’aime, je l’admire, je l’aime. Elle a déjà tout accompli, elle aurait le droit de se reposer après avoir incarné tous ses rôles avec autant de finesse et de précision.
Une fin de semaine dans un chalet c’est… ne pas en sortir, manger, dormir et écouter des vues. 
Au chalet, j’apporte… du linge mou, des livres, des films, du vin et beaucoup de hummus.
Les jours heureux.. avec mon amoureux. Le mot bonheur sans lui dans l’équation on dirait que ça ne marche pas.

Au chaud dans un chalet, sur une patinoire gelée ou en voyage avec Sarah-Jeanne Labrosse, Julianne Coté a l’air heureuse. Sa simplicité fait du bien. On lui souhaite, entourée des gens qu’elle aime, une carrière aussi prolifique que surprenante et que l’anarchie des jours heureux ne se termine jamais.

 

 

Pour lire un autre texte d’Antoine Desjardins-Cauchon: «Le combat de l’amour : Montréal/Rive-Sud».