Ça fait plus de 10 ans que je ne mange pas de viande.

Si tu veux connaître toute l’histoire et comprendre pourquoi des groupes punks ont eu un tel impact sur mon alimentation, tu peux lire ça dans l’article Mon Top 5 des restos végés à Montréal.

Chers végétariens, ne soyez pas sur la défensive. Soyez fiers, mais emphatiques.

En 10 ans, je m’en suis fait poser des questions. Les gens sont fascinés, surtout quand le végétarien ne correspond à aucun stéréotype habituel (grand barbu geek qui fait du sport vs. petit hippie chétif qui sent les huiles essentielles).

Voici mes meilleures réponses aux questions (très fréquentes) que je reçois. Le but de ces répliques est de répondre le plus efficacement possible en vulgarisant votre démarche, sans alourdir la discussion. *Note: il s’agit souvent de discussions-spectacles, où votre interlocuteur veut surtout trouver une faille dans votre rhétorique et se conforter dans ses positions, devant des gens. Ceux qui posent des questions en privé sont rares (ceux-là sont vraiment intéressés).

 

Avant toute chose, pour ne pas envenimer le débat, quoi ne pas faire:

-Penser détenir la vérité.
-Essayer de convaincre du monde à table.
-Juger les mangeux de viande.

Avoir une attitude qui s’apparente aux trois points précédents mène à l’aliénation des végés, puisque ça nous fait passer pour des missionnaires fendants du quinoa, et ça, ça n’aide personne.

Ok, GO!

«Me semble un bon steak là… miam.»

  • Je suis sûr qu’on pourrait trouver quelqu’un qui dirait la même chose de l’héroïne. Est-ce que c’est une bonne raison d’en faire?
  • Ce n’est pas parce que ça sent ou goûte bon qu’on doit ABSOLUMENT en manger.

***

«T’as besoin de viande dans vie» / «L’être humain a TOUJOURS mangé de la viande»

  • Est-ce que j’ai l’air de quelqu’un pas en santé? À qui il manque quelque chose? (Pointer sa bedaine si présente… ça marche à tout coup.)
  • Tous les nutritionnistes s’entendent pour dire que l’humain occidental en mange beaucoup trop. En Afrique, la chèvre ou le poulet que tu tues, tu l’as nourri pendant 6 mois avant de le manger. Ça rend la chose plus spéciale. Tu peux facilement vivre avec pas ou peu de viande.
  • Tu peux trouver des groupes d’humains qui ne mangent pas de viande depuis des millénaires (bouddhisme, Inde, etc.)
  • L’être humain est omnivore, donc il peut choisir ce qu’il mange.

***

«Les animaux ne sentent rien» / «Tu fais de la projection» 

  • Dis ça à tous ceux qui ont un animal de compagnie.

***

« Je ne serais pas capable de m’en passer »

  • Cool, je pense que le but ce n’est pas que tout le monde arrête à 100% la viande, c’est irréaliste. Le but c’est que tout le monde descende sa consommation à un point où cette personne est confortable. Personnellement, je suis à l’aise à ne pas en manger du tout.

***

«Tu dois manquer de protéines?»

  • Non, et mes derniers bilans sanguins étaient excellents. Personnellement je mange aussi des œufs et du poisson, qui sont d’EXCELLENTES sources de protéines. Les vegan, je vous laisse vous arranger avec celle-là.

***

«Pourquoi tu le fais?» 

  • Parce que l’industrie de la viande est reconnue comme étant la pire source de pollution, pire que l’industrie des transports selon un rapport de l’ONU. (C’est un argument dur à avaler pour les environnementalistes non-végés, je vous avertis.)
  • Les végés sont de plus en plus nombreux et c’est une des meilleures manières d’avoir un impact positif sur la planète.
  • Je n’ai pas besoin de tuer pour vivre, donc j’essaie de ne pas le faire.
  • Je suis quelqu’un de très énergique, et j’ai rarement de périodes d’écrasement après un repas, j’ai l’impression que ça a un lien avec ce que je mange.
  • Il paraît que c’est bon pour le système immunitaire, ce n’est pas pour ça que j’ai commencé, mais ça ne nuit pas.
  • J’ai de la misère à regarder des vidéos d’animaux se faire massacrer, donc j’essaie de ne pas être complice de cette industrie.

***

Bref, je n’ai jamais essayé de convaincre quelqu’un directement. Il y a quelques végés dans ma vie qui m’ont avoué que j’étais la source de leur changement alimentaire. J’aurais inspiré leur réflexion.

Ils ont tous dit que je ne les avais pas convaincus par mes paroles, mais par mes gestes.

Chers végétariens, ne soyez pas fatigants. Ne soyez pas sur la défensive. Soyez fiers, mais emphatiques.

Et le beurre de pinotte bio > toute.

 

 

Pour lire un autre guide d’autodéfense: «Petit guide d’autodéfense du célibat»

——-

  • PJ

    Commentaire 1 :  »je mange aussi des œufs et du poisson »,  »Je n’ai pas besoin de tuer pour vivre, donc j’essaie de ne pas le faire »,  »j’essaie de ne pas être complice de cette industrie ». Y’a un petit décalage ici…

    Commentaire 2 : Le mot végan existe en français, donc pas besoin de le mettre en italique.

    Voilà. Sinon, overall bon texte.

  • Gabriel Messier

    Parfois il suffit de faire découvrir à des amis des recettes végétariennes goûteuses pour changer les mentalités. Je ne crois pas qu’un seul de mes amis soit devenu végétarien à cause de ça, mais j’ai maintenant de nombreux amis qui mangent de façon régulière des repas végétariens, ce qui est un pas dans la bonne direction.

  • Martine Robi

    Tu fais exactement le contraire de ce qu’il dit dans son article; ne pas être moralisateur et penser détenir la vérité. Il existe plusieurs sortes de végétarisme, chacun ayant ses raisons, motivations et buts différents. (http://www.cuisineaz.com/diaporamas/sortes-de-vegetarisme-1129/interne/1.aspx) Si tu es végétarien et que tu shut down quelqu’un de la sorte parce que ça ne cadre pas avec tes valeurs, t’aides pas la cause (encore moins si tu n’es pas végétarien). Quelqu’un peut tendre vers le végétarisme en passant par plusieurs phases (en ce qui me concerne, pesco-végétarisme en transition vers un végétarisme sans fruits de mer). Ton genre de commentaire ne fait que détourner l’attention de la cause. Et puis pas besoin d’être végétalien pour se faire poser toutes ces questions, à partir du moment où quelqu’un décide de ne plus manger de viande rouge/rose – volaille, ça soulève des commentaires et des interrogations. Alors en ce sens, c’est super pertinent comme article. Fack please lol

    • natheo

      Le fait de manger du poisson correspond a un autre régime alimentaire, en quoi c’est mal de le dire ?

  • florence

    Allo! Je sais que mon commentaire est quand même long, mais je suis vraiment ouverte à me faire reprendre, répondre ou whatever :

    C’est correct que tu ne dois pas végan ou vergé, mais c’est important de se renseigner un peu plus avant de pondre un article…. peu importe le contexte dans lequel il est écrit.

    Voici quelques points que je voudrais te faire part :

    Tu n’es pas -exactement- végétarien, pas que c’est mal…. c’est juste qu’il y a quelques failles dans ton raisonnement (le poisson étant probablement la plus grande des failles).
    Dans le domaine des restrictions alimentaires, on entre dans une catégorie ou une autre par ce qu’on mange, pas par ce qu’on s’abstient de manger. C’est comme si je me disais «Je suis végétalienne (végane pour les intimes), mais je mange des oeufs». Ça ne fonctionne juste pas. Les poissons font partie des animaux.

    Il y a de gros débat sur ça, mais le terme qui convient à tes préférences ou restrictions alimentaires (selon que ce je lis de toi) est le pesco-végétarisme, une variante du végétarisme.
    C’est super être pescarien. Diminuer la consommation de viandes rouges est génial, ne pas consommer de viandes d’animaux terrestres est génial aussi, mais les poissons + crustacés + fruits de mer ne sont pas mangés par des végétariens alors qu’ils peuvent être consommés si tu te considère comme pescarien.
    Le plus intéressant (de loin), c’est que tu puisses répondre, quand les gens te disent «bin voyons, tu manges quoi si tu manges pas du steak ou des tournedos?», «Je mange pescarien!».

    Je trouve le contenu de ton texte intéressant en partie, car oui, certaines personnes végétariennes ou végétaliennes portent un jugement sur les personnes qui choisissent un mode d’alimentation où la viande est omniprésente. Respecter chacun dans ses choix est important. Pour moi, je dois ajouter que l’identification est importante aussi. J’ai déjà être végane, mais je mange parfois des oeufs, donc je suis maintenant végétarienne.

    Le truc moyen, c’est qu’à plusieurs reprises, je t’ai trouvé un peu condescendant dans ta façon de donner tes arguments. Je comprends que je lis un article sur Urbania où l’humour devrait primer et dans lequel il n’y a pas de sources ou quoi, mais ça aurait été -intéressant- normal que tu sois davantage informé *avant* d’écrire un tel article car il est TRÈS souvent contradictoire.

    QUELQUES UNES DE TES CITATIONS :
    «Ça fait plus de 10 ans que je ne mange pas de viande.»
    (Ça, c’est juste faux. C’est pas méchamment que tu dis ça, mais par manque de connaissances sur le sujet de ton article. Ce n’est pas parce qu’on vit d’une certaine façon un sujet qu’on le connait pour autant…)

    «Je n’ai pas besoin de tuer pour vivre, donc j’essaie de ne pas le faire.»
    (Déjà, c’est plus du côté de la vérité…le «j’essaie» me fait dire que tu comprends clairement qu’un poisson est un animal, qu’il est vivant…je tourne ça super simple et presque ridicule, mais c’est ça pareil).

    «Cool, je pense que le but ce n’est pas que tout le monde arrête à 100% la viande, c’est irréaliste. Le but c’est que tout le monde descende sa consommation à un point où cette personne est confortable. Personnellement, je suis à l’aise à ne pas en manger du tout.»
    (Encore une fois, c’est complètement faux. La première partie est dans l’ombre de tes derniers mots…. c’est là-dessus qu’on accroche)

    «L’être humain est omnivore, donc il peut choisir ce qu’il mange.»
    (L’humain est omnivore, oui, ça veut dire qu’il mange de tout… Il peut choisir son alimentation, oui, mais ce n’est pas parce qu’il est omnivore. L’erreur est peut-être exclusivement grammaticale, mais la phrase veut dire que l’humain peut choisir son alimentation parce qu’il est omnivore. La préposition «donc» amène une cause et une conséquence, c’est qui est inexact et très simpliste.)

    J’ai trouvé certaines parties de ton texte moralisatrices envers tes lecteurs. Mais j’ai surtout été surprise de voir le manque d’informations véridiques ou même d’informations, point. On dirait vraiment que tu t’es assis et que tu as fait ça sur le go, sans chercher, sans penser ni même à te relire…..
    Je me répète, mais ce n’est pas parce que tu ne fais pas un dossier informatif sur un sujet X que tu ne dois pas faire un minimum de recherche!! En fait, la recherche est encore plus importante quand il s’agit d’écrire sur un sujet qu’on croit connaître de A à Z ! Il faut vraiment éviter de passer des informations qu’on croit vraies.

    Bref…. JE ME DIS :
    C’EST CORRECT QUE TU NE SOIS PAS VÉGAN OU VÉGÉ, MAIS C’EST IMPORTANT DE FAIRE UN MINIMUM DE RECHERCHE AVANT DE PUBLIER UN ARTICLE…. PEU IMPORTE DANS QUEL CONTEXTE.

    En tant que végétarienne depuis ever, je suis tannée d’entendre les gens se proclamer comme végés ou végans sans comprendre exactement ce que ça implique. Tu ne peux pas vraiment «tricher» ou être végétarien à temps partiel… ça ne marche pas vraiment comme ça.

    Je n’ai jamais fait de jugement envers une personne en raison de ce qu’elle mange et je ne commencerai pas maintenant, mais j’ai vraiment du mal avec les gens qui se proclament végétariens sans l’être vraiment.

    Si tu veux personnellement porter l’étiquette de tes convictions alimentaires, Go for it!, mais fais-le en connaissance de cause et sans prétention, please :)

  • Kat Mc

    J ai aimé le passage sur le fait de ne pas penser detenir la verité absolue et de ne pas juger les gens qui mangent de la viande.

    Je ne suis pas (et ne serai probablement jamais) végétarienne. Comme bien des mangeux de viande, rien ne bat un bon steak sur le barbecue l’été. Cependant, je n’ai jamais été une grosse mangeuse de viande et comme il est dit dans l’article, si tout le monde réduisait un peu sa consommation de viande, on rendrait un énorme service à la planète et aussi à notre santé.

    Ce qui est bien de la popularité du végétarisme, lisme, ce sont tous les produits qui deviennent plus facilement avcessibles, toutes les recettes qui circulent qui ne contiennent pas de viande et qui permettent une bonne variété de repas accessibles.

    Ce que je n’aime pas des étiquettes, c’est qu’elles n’aident personne. Autant la guéguerre entre vegétariens et végétaliens en découragent plusieurs à se convertir (à l’un ou l’autre) mais en plus, les pressions exercêes par certains fervants de ces diètes sont parfois contre productive; elles amènent certaines personnes à consommer de la viande à outrance en réaction à ces discours, au point de rejeter des recettes « prises sur un site végétarien »

    Tout n est pas blanc ou noir et faut arrêter de voir le diable partout!

  • Eric B.

    Ça fait deux fois cette semaine que je vois quelqu’un écrire « emphatique » au lieu d’« empathique ». Ça ne veut pas DU TOUT dire la même chose… :/