1 / 19

Dre Louise Laliberté Élevage Floralie race exotique poil court et long Joliette dans l'asso féline MTL deep 74

2 / 19

Patricia Legendre maquille Sky, son Persan Chinchilla de six mois avant un jugement. L'éleveuse de Prevost est allée chercher le dernier de ses dix chats en Allemagne, où les lignées sont parmi les meilleures.

3 / 19

Le nécessaire de beauté d'un chat de concours. Voyager avec un chat ça prend autant de place qu'avec un bébé, s'amuse une exposante.

4 / 19

À une exposition féline, on peut avant tout admirer des chats souvent aussi beau que dans des calendriers. Ici le kiosque de Suzanne Morissette, propriétaire de la Chatterie Lypercha, spécialisée dans les Persans et Himalayens traditionnels.

5 / 19

Les exposants sont souvent de véritables éleveurs professionnels, propriétaire de chatteries, Ici, Jessie Charbonneau de Prevost, propriétaire de la Chatterie Shamal, avec Panda, un chaton Foldex. Le site de référence chatsdumonde.com nous apprend que le Foldex, une spécialité canadienne, est une race expérimentale issue du mariage entre Scottish Fold et Exotic Shorthair dans le but d'obtenir un chat ayant l'allure d'un petit ourson en peluche.

6 / 19

Pour certains exposants, les concours sont devenus un mode de vie. Ainsi Suzane Tessier et son conjoint Bernard Lacasse qui arpente l'Amérique du Nord depuis 22 ans pour présenter leurs vedettes comme Penuchi l'Himalayen.

7 / 19

C'est également le cas de Jade Lachapelle d'Ottawa qui surveille ici le kiosque de son oncle et de sa tante, Lynn et Ben Seguin, en compagnie d'Oreo. La pauvre bête ne peut cependant participer aux concours car un réglement interdit aux Himalayens bicolores de concourir.

8 / 19

Au Noël des chats il y avait quatre juges en action en parallèle. Ici Bob Gleason, un juge fort de 13 ans d'expérience et lui même éleveur de chats depuis 1974.

9 / 19

La juge Christine Ling durant une cession de jugement de chaton à poils longs avec le chat Cherry Blossom. Les règles des concours sont assez complexes. Les chats sont séparés en catégories : chaton, championnat (non opéré), castré, et domestique. On les subdivise ensuite par race.

10 / 19
11 / 19

Au coeur des clubs et des expositions de félins, il y a les concours, strictement réglementés par l'Association féline canadienne (AFC). Ici, les plaques qui seront remises au meilleurs chats du Québec pour l'année écoulée.

12 / 19

Les jugements ont lieu en continu toute la journée, et un même chat peut participer à plusieurs catégories. Ici Nicole Menweg, présidente du club félin de Montréal et juge, lors d'un jugement qui attirait une large foule de propriétaires, mais également de visiteurs curieux.

13 / 19

À chaque jugement, les chats se voient remettre une belle cocarde (que les organisateurs conservent cependant) , ainsi qu'une plaque signée qui atteste de son classement.

14 / 19

On peut enfin en profiter pour se magasiner le chat de ses rêves, même si l'attente peut prendre jusqu'à plusieurs mois, voir plusieurs années pour une couleur spécifique.

15 / 19

Bien entendu, toute la journée, les animations se sont succédées pour tenir en haleine les participants au Noël des chats. Ici le présentateur Alexandre Léveillée durant l'annonce des meilleurs chats québecois 2015-2016.

16 / 19

Un des clous de l'exposition : le parcours d'agilité, qui a autant révélé la souplesse des félins que leur peu d'intérêt pour les structures organisées. Le concept, testé pour la première fois au Québec, avant d'être importé du Nouveau-Brunswick. Ici Jocelyne Gervais et Lizander en pleine action dans ''le tunnel''.

17 / 19

À l'intérieur de chaque race (Himalayen, Persan...), les animaux sont ensuite jugés par couleur (et séparément pour chaque sexe), et parfois par longueur de poils. On mélange ensuite toute les couleurs d'une même race pour déterminer le meilleur individu d'une race. Enfin, une fois qu'on a jugé tout ce qu'on pouvait, les quatre juges annoncent leur top 10, toutes races confondues.

18 / 19
19 / 19

Les 26 et 27 novembre 2016 se tenait à Laval l’exposition féline « Le Noël des chats », à l’initiative du Club Félin de Montréal. URBANIA est allée y faire un petit tour.

C’est Valérian Mazataud qui s’est rendu sur place pour nous. Photographe documentaire indépendant basé à Montréal, ses projets photographiques l’ont amené à travailler au Moyen-Orient, en Afrique ou en Amérique Latine. Il est représenté en France par le studio Hans Lucas. Ses images ont été publiées dans le Monde, der Spiegel, le Point, Le Devoir, La Presse et The Walrus. Ses photographies ont été exposées à Arles, Toronto, Saguenay et Montréal. Il a travaillé en tant que biologiste marin, moniteur de plongée, éducateur scientifique et clown. Il a également effectué un tour du monde à vélo de plus de 21000 km à travers les cinq continents entre 2002 et 2004.

 

 

Pour lire la suite du magazine spécial chats, c’est par ici : «Vox pop: Quel genre de félinophile êtes-vous?»

——-