Hier, Barack Obama, 44e président des États-Unis, livrait son discours d’adieu aux Américains pour laisser place à Donald Trump, dont l’investiture se fera le 20 janvier.

8 ans, ça laisse le temps d’apprendre à connaître quelqu’un. Avec sa personnalité, sa répartie, son charisme et son humour, Obama quitte la Maison-Blanche pour faire son entrée dans le temple (imaginaire) de la renommée du SWAG.

Le swag d’Obama en 6 moments clés :

2007 : Sa petite danse avec Ellen Degeneres sur le plateau de The Ellen Show. À quand des politiciens aussi à l’aise au Québec?

Juillet 2008 : En visite au Koweït pour rencontrer les troupes américaines, Obama réussit nonchalamment et du premier coup un panier de basket de la ligne de 3 points. Un tour qu’il va ensuite répéter le plus souvent possible. Dans de pareils moments, les paroles de Alaclair Ensemble nous semblent de circonstance : « J’shoot toujours du 3-point. Si y avait un 4-point, j’shooterais du 4-point ».

Février 2012 : Dans la catégorie père parfait : lors d’une expo-science tenue à la Maison-Blanche, Obama insiste pour que se tienne une démonstration de canon à guimauves. Il demande ensuite la carte d’affaires de l’enfant qui en a assuré la construction.

Mars 2015 : À l’émission Jimmy Kimmel Live, le président a droit à un segment complet dans lequel, selon l’usage, il lit des tweets méchants lui étant adressés. « I’m alright with the President wearing jeans. I am not alright with the President wearing THOSE jeans ». Humilité et Humour : les deux H muets du swag.

Avril 2016 : Lors de son dernier dîner des correspondants, Obama se moque de Trump ET conclut le tout par un « mic drop » devenu célèbre, c’est même un peu devenu sa signature.

Yes we did it!

Octobre 2016 : Pour sa dernière soirée musicale et festive, Obama montre une dernière fois qu’il sait faire la fête. Au rythme du DJ D-Nice, il fait bouncer la Maison-Blanche et on le retrouve plus tard en train de danser au son de Hotline Bling en compagnie de Usher.

 

En terminant, Obama nous aura appris que le swag c’est bien, mais la participation à la vie démocratique de son pays c’est encore mieux. Comme il avait l’habitude de le dire : « Don’t boo. –Vote! ». (Ne huez pas – Votez).

 

 

Pour lire un autre texte de Jade Fraser : « L’illustrateur Fred Gingras à la recherche du love perdu ».

——-