C’est de plus en plus difficile d’être hipster. En fait, je ne suis même plus certaine que le concept existe encore.

Reste qu’on vit dans une époque où les tendances expirent en 5 minutes; après quoi les animateurs de Salut, Bonjour! se les approprient en les prononçant mal et Forever 21 en fait des t-shirts à neuf dollars.

C’est la même chose avec les prénoms de nouveau-nés; pourquoi appeler ta fille Emma si 615 autres couples ont fait pareil en 2015? Parce que t’aimes le prénom? C’est pas assez, voyons!

La nouvelle tendance Hipster, choisir des prénoms mérovingiens pour ses enfants.

Devant cette démocratisation des tendances, on observe deux réactions possibles : s’en câlisser et faire ce qui nous rend heureux (on appelle ça le JOMO, Joy of Missing Out), ou résister de plus belle.

Aux futurs parents hipsters indécrottables qui choisissent la seconde réaction et qui souhaiteraient démontrer leur originalité à travers l’appellation de leur progéniture, je suggère d’explorer les dynasties mérovingiennes et carolingiennes; elles regorgent de prénoms assez obscurs qui leur donneront une longueur d’avance impressionnante sur le reste du monde.

Et quoi de plus satisfaisant que de dire d’un ton faussement nonchalant à un interlocuteur : «Ah oui, c’est le prénom d’une reine Franque très puissante?»

En plus, j’ai soumis ma sélection au moteur de recherche de la Banque québécoise de prénoms et à part deux exceptions, aucun d’eux n’a été utilisé au cours des cinq dernières années.

***

POUR LES FILLES

Suavegothe
Princesse burgonde qui épouse à dix-huit ans le roi Thierry 1er. On ne sait pas grand-chose d’elle, ce qui est bien dommage, parce qu’avec un prénom pareil, t’as comme pas le choix d’avoir une vie rocambolesque.

Vultrade
Reine Franque. Elle s’est fait barouetter pas mal, la pauvre. Mariée à répétition, répudiée par Clotaire 1er et envoyée chez les Bavarois, elle semble avoir eu une vie bien occupée.

Il est temps que quelqu’un reprenne le flambeau du prénom Vultrade et kick des culs avec.

Brunehilde
Une princesse Wisigothe espagnole devenue reine Franque. Véritable drama queen, elle a eu une vie remplie d’intrigues, de complots, de jeux de pouvoir et de guerres. Elle a régné pendant 33 années mouvementées et sa descendance est restée célèbre dans l’histoire.

Ta Brunehilde à toi ne sera donc point basic, que nenni ! Elle sera la kween bee extra lit de son squad, rien de moins.

Berthe
Berthe de Laon, alias Berthe au Grand Pied, fut une reine douce et affable qui a donné naissance à plein d’enfants cools, dont Charlemagne. Son surnom viendrait du fait qu’elle avait un pied-bot. À l’époque, on croyait que les reines avec un pied-bot possédaient des pouvoirs ésotériques. On est loin des connotations un peu matante ici. Alors vas-y, Berthe ta vie !

Hildegarde
Hildegarde de Vintzgau a eu une courte vie marquée par son mariage à Charlemagne (encore lui) à l’âge de treize ans (ew). Elle est morte à 25 ans, pendant son 9e accouchement (re-ew). N’empêche, le prénom est très joli.

Et en plus, il sonne comme le bar à scotch dans Rosemont.

Mais garde la graphie Hildegarde si tu ne veux pas que les gens pensent que tu as donné à ta fille le nom d’un bar à scotch. Quoique ça te donnerait +1 000 000 points hipster. Bref, à considérer.

Gerberge
On rit là, mais Gerberge de Saxe était vraiment badass. Elle a été reine de France en 939 grâce à son mariage avec Louis IV d’Outremer. On la décrit comme étant bien éduquée et intelligente. C’est déjà pas si pire si, après plus de mille ans, c’est par ces deux qualités qu’on se souvient de toi. Gerberge a su mettre à profit son sens de la stratégie en accompagnant et en assistant son mari dans toutes ses expéditions et batailles. Quand celui-ci est fait prisonnier, elle s’occupe de la défense de leur royaume et négocie sa libération. En gros, les Gerberge de 2017 auront de quoi être inspirées et inspirantes.

 

Page suivante : « Les prénoms de garçons : Mérovée, Dagobert, Eudes… »

——

 

 

 

  • Marc Tremblay

    J’ai constaté que beaucoup de parents donnent des prénoms anglais à leurs enfants.

    • werpout

      Quand on est colonisé, faut l’être jusqu’au bout!

  • Michèle

    Le prénom Berthe remonte peut-être au Moyen-Âge, mais il a été employé assez fréquemment jusque dans les années 1920. C’est un prénom démodé, certes, mais absolument pas bizarre pour quelqu’un de ma génération, né dans les années 50.

  • Simon

    Charlemagne, c’était pas son prénom… Charles le magne, Charles le grand. En allemand, on le nom Karl der Grosse.

  • Simon

    Charlemagne, c’était pas son prénom… Charles le magne, Charles le grand. En allemand, on le nom Karl der Grosse.

  • Simon

    Charlemagne, c’était pas son prénom… Charles le magne, Charles le grand. En allemand, on le nom Karl der Grosse.

  • Simon

    Charlemagne, c’était pas son prénom… Charles le magne, Charles le grand. En allemand, on le nom Karl der Grosse.