Personnellement, j’aime beaucoup ma famille et mes collègues. Sauf Marie-Lyne Joncas (elle est beaucoup trop parfaite, je m’en méfie). Je ne voudrais donc jamais manquer un party de Noël, qu’il se déroule en chaleureux cocon familial ou en 5 à 7 qui vire mal. Je remarque cependant que ce n’est pas le cas pour tout le monde. Semblerait que le temps des fêtes et ses réunions se révèlent anxiogènes pour plus d’un.

Comme je suis sensible, je refuse de rester passive devant tant de détresse. Et comme je suis créative, j’aimerais vous offrir une liste d’excellents prétextes pour déjouer la pression de vos pairs dans les semaines à venir.

Ainsi, pour éviter de célébrer Noël en groupe, cette année, il suffit de dire : « J’aimerais venir, mais… »

1- Je sors avec Fred Dubé ET Guillaume Wagner, puis j’exige qu’ils m’accompagnent au réveillon familial.

J’aime ces messieurs et je n’ai absolument rien contre le polyamour, mais je suis assez convaincue que le Québec compte peu de parents aux reins assez solides pour supporter l’idée d’une discussion arrosée avec leur fille libérée-de-la-rigidité-des-dogmes-amoureux et deux humoristes engagés-anti-capitalistes-qui-tirent-sur-tout-ce-qui-bouge. Vous pourrez ainsi manquer Noël tout en ayant l’air ouverte et vous pourrez en plus jouer à la victime le reste de l’année. Un bon deal.

2- Je serai malheureusement en mission humanitaire.

Vous séparer de votre famille pour boire à Cuba, c’est insultant. Manquer la dinde du 25 décembre parce que vous êtes en train de bâtir une école en Inde, c’est noble. Personne ne pourra vous en vouloir de vouloir créer un monde meilleur.

3- J’ai une power-gastro. 

Si je me rappelle bien, c’est la raison que ma mère a évoquée pour rater ma première communion et mon bal de finissants. Et je lui parle encore. Comme quoi les troubles digestifs peuvent nous sauver de tout, et ce, sans grandes conséquences.

4- Love Actually passe à la télé. 

LA-SCÈ-NE-DES-PAN-CAR-TES.

loveactually

5- Je dois absolument terminer mon vlog au sujet des meilleures théories conspirationnistes du siècle. Mes abonnés YouTube ont de grandes attentes. 

Devenez cette personne que nul ne veut croiser, de peur d’être l’otage d’un monologuiste paranoïaque. (Néophyte? Pas de souci. En vrac : l’homme n’est jamais allé sur la Lune, les attaques du 11 septembre sont l’œuvre du gouvernement américain, Beyoncé est une illuminati, pis Véronique Cloutier est la fille de Michèle Richard).

6- Je fais une diète paléolithique.

Assez certaine que le lait de poule et la cipaille n’existaient pas à l’époque de nos ancêtres chasseurs-cueilleurs. Victoire.

7- Je suis occupée à stalker mon kick sur Facebook. 

Est-ce qu’il est accompagné? Ses parents ont-ils l’air fins? Est-ce qu’il s’habille chic pour Noël? Est-ce qu’il fait du bénévolat? Shit, il fait du bénévolat. Il est parfait pour vrai. Je ne suis pas assez bonne pour lui. (Vous connaissez la routine.)

8- Mon thérapeute pense que ce serait mieux que je passe mon tour cette année, étant donné que j’ai mis six mois à me remettre de l’édition 2015. 

Une technique efficace pour démontrer qu’on respecte l’autorité, puis qu’on accorde beaucoup d’importance à notre santé. Juste du positif.

9- J’ai une phobie du ketchup aux fruits.

Oui, oui. Ça existe.

10- Le principe de Noël ne correspond pas à mes valeurs et je suis un être intègre. 

Idéalement, on serait assez intègre pour avouer qu’on n’a juste pas envie de se défendre contre les questions intrusives d’une tante chaudaille, mais il faut savoir choisir ses combats.

Bon courage à toutes et à tous !

 

 

Pour lire un autre texte de Rose-Aimée Automne T. Morin: « Tenez bon, les Noëls endeuillés finissent par passer… »

————