Cette semaine, à Vérités et conséquences, Louis T explique la culture du viol. Comme ça, même ceux qui en nient l’existence vont savoir de quoi ils parlent.

Louis T. aborde l’actualité et les grandes tendances politiques, économiques, environnementales et sociétales de manière humoristique. Chaque semaine, c’est par la lorgnette du divertissement que l’on aborde ces enjeux souvent rebutants ou complexes pour le public. L’objectif : offrir un point de vue différent qui déconstruit les idées reçues à l’aide de statistiques, comparatifs, et archives journalistiques percutantes.

 

 

Pour voir un autre épisode de Vérités et conséquences: « Les partisans de Trump ».

  • Sandee Wandee

    À propos du 2% de fausses allégations: « National Criminal Justice Reference Service 2006 » n’est pas une référence valable… quel document? venant de quelle branche du gouvernement? Ce même document se réfère à quelle source? 2006 est l’année la plus récente pour cette donnée?

    Plusieurs universités et écoles de droit à travers le monde ont recherchés l’origine de ce fameux 2%, qui se retrouve maintenant dans des manuels de droit et des rapports, de façon éhontée. Je vous laisse lire l’un de ces rapport, mais je vous donne un indice: c’est un chiffre purement idéologique qui nous vient des années 1970.

    http://digitalcommons.lmu.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=2216&context=llr

    (les chiffres avancés par les masculinistes sont aussi honteux que ceux avancés par les féministes)

    Je vous conseilles plutôt d’aller jeter un oeil au site du « FBI’s National Center for the Analysis of Violent Crime (NCAVC) ». Non seulement leurs données sont fiables et scientifiquement soutenues, mais les équipes « Behavioral Analysis Units » expliquent pourquoi les gens mentent lorsqu’ils font de fausses plaintes. (que ce soit fausse agression sexuelle, fausse agression physique, faux vol, faux accident, et cetera)

    Très instructif!