Julie,
C’tu normal si je tombe en amour avec quelqu’un chaque fois qu’on a du sexe?

***

Mystérieux-se inconnu-e, bonjour!

Cette question laisse plusieurs flous… et je n’haïs pas ça!

Est-ce que cette tendre missive a été envoyée par l’homme, par la femme, par quelqu’un qui s’identifie par les deux sexes ou par ni l’un ni l’autre? Est-ce un être homosexuel, hétérosexuel, bisexuel, pansexuel? La personne est-elle monogame, polygame?

On ne le sait pas et vous savez, comme dirait l’autre « I don’t care ».
I don’t care parce que la question peut être universelle!

Comme une image vaut mille mots, transposons-la d’abord en métaphore : « C’tu normal si telle l’abeille je butine, mais qu’à chaque fois que je me pack de pollen, j’ai le goût de squatter la même fleur à tout jamais plutôt que de m’envoler vers d’autres végétaux? »

Oui, c’est normal!

Mais pourquoi je m’attache chaque fois que je ne pensais pas trop m’attacher?! Saurais-je expliquer ce phénomène à l’aide de théories de sécrétions hormonales? Il y a tellement de monde qui semble avoir des relations sexuelles avec des partenaires multiples sans nécessairement s’attacher… Pourquoi moi? Pourquoooiiiii?!

N’hyperventilons pas et reprenons le tout de la base!

Tout d’abord, est-ce que ce vécu est la conséquence d’un flot effervescent d’ocytocine, hormone de l’attachement?
Possible que le cocktail hormonal libéré interfère.
On peut expérimenter cette douce euphorie post-jouissance-orgasmique et se nourrir de cette intensité un peu comme Éric Bruneau qui se pitch en parachute à répétition dans le film « Les pieds dans le vide ». La décharge peut être euphorisante, voire même un peu addictive et peut faire en sorte que malgré notre volonté de se cliver le sexuel de l’affectif, on a le boomerang de l’amour qui nous revient dans la face à chaque fois!

On peut aussi se pencher sur le fait que dans la question il y a l’expression très chargée « tomber en amour avec » suivi du terme plutôt impersonnel « quelqu’un ». « Quelqu’un », certes. Mais qui est cette personne? Selon quels critères a-t-elle été choisie et qu’est-ce qu’elle a provoqué en soi pour susciter le grand feu d’artifice sentimental et qu’on fasse « wow!!!» suivi d’un « j’en veux plus »?

L’échantillonnage d’un moment de proximité sexuelle peut être charmant : donner et recevoir du plaisir, partage de caresses, de tendresse, impression que les corps se parlent… On se voit souvent propres, souvent dans de bonnes dispositions et hop! Le temps d’une connexion érotique et on s’éclipse… pour mieux recommencer.

C’était le fun!
Ok, bye!

C’était le fun!
Ok, bye!

Un moment donné, on se demande si cette complicité ne pourrait pas être viable à plus long terme. Et c’est là que je confirme qu’il peut être normal de tomber en amour avec le preview de ce que pourrait être le film de notre vie affective. De façon très existentielle, le tout renvoie à la question « qu’est-ce qu’être en amour »? À partir de quand un feeling n’est plus dans la zone « attirance » ou dans la zone « amitié » et qu’il passe dans la zone « je me fusionnerais bien la vie avec la tienne »?

Tant de questions découlant d’une question…

Parce qu’il est vrai que peu importe nos allégeances sexuelles, aussi romantique que ça puisse sonner, il se peut que l’autre reste en nous symboliquement même si physiquement on n’est plus emboîté.

C’est là qu’on peut se pencher sur nos choix et sur ce qui nous comble. Les rencontres sexuelles spontanées? La monogamie en série? La relation qu’on souhaiterait pour la vie?

Théoriquement, c’est une pas pire bonne nouvelle de tomber en amour, quand la chose est réciproque. C’est normal d’être touché en-dedans en étant caressé du dehors et peut-être que dans nos besoins, la recherche du relationnel pèse plus dans la balance que le sexuel. Mais peut-on s’en vouloir? Après tout, oui dans  « relation sexuelle » on retrouve le mot « sexuelle », mais on peut aussi se laisser enivrer par l’aspect relationnel.

***

Un courrier du cœur chez URBANIA?! OUI! « C’tu normal si… » s’offre à vous pour accueillir vos questionnements existentiels (ou non) au sujet des relations, de l’amour, du couple, du sexe et tout dérivé associé. N’hésitez pas à envoyer vos questions en toute confidentialité à Julie Lemay, notre collaboratrice pro en sexologie, qui répondra chaque mois à vos lettres: [email protected]

 

Pour lire un autre article de Julie Lemay : « Dis-moi qui tu baises, je te dirais qui tu es ».


  • Christopher

    Pis il y a moi qui tombe amoureux même avant de toucher la personne 😂💕☺️ #ÉternelRomantique