Il y a deux choses que j’adore dans la vie : discuter du corps féminin ET mimer tout croche du sexe oral triste. Vous vous doutez bien que cette chronique portera sur le premier sujet (parce que mimer par écrit, ce n’est pas vraiment mimer).

Tout ça pour dire que mercredi dernier, j’ai passé une soirée de véritable bonheur en plongeant dans le travail d’artistes québécois qui se sont penchés sur le corps de la femme, dans le cadre de la toute première édition de FÉMINAZINE.

FÉMINAZINE

Qu’est-ce que FÉMINAZINE (à part un excellent nom) ? Il s’agit de l’initiative de Valérie Darveau et Sophie Chartier, des femmes de mots, d’illustrations et de collages, qui ont eu l’idée de rassembler des artistes intéressés à produire une courte publication autour d’un sujet commun.

Pour cette première édition, le thème imposé était le corps féminin. Or, chaque participant pouvait l’aborder de la manière de son choix. Comme le résume les organisatrices : « Les hanches, les seins, les pieds, les cheveux, les ovaires, les règles, la contraception, les oestrogènes ; toutes les zones (d’exploration) sont permises. »

img_20161007_171316

La création de Valérie Darveau

Au total, quinze zines ont vu le jour. Et ils sont délicieux, si vous voulez mon humble avis (en plus d’être maintenant disponibles en boutique). J’ai découvert des anecdotes touchantes (Dans les bois, de Valérie Darveau), des histoires déchirantes (Pretty girls are supposed to smile, de Effy Redman et Cécile Gariépy), des mandalas à colorier pour passer le stress (Cybèle B. Pilon et Vincent Tourigny) et mon futur tatouage (Flourish, de Valéry Lemay).

Regardez comme ce sera beau sur mon corps féminin…

tatouage

Qu’est-ce qu’un zine ?

Un zine, c’est la lecture parfaite pour personne pressée, le format idéal à trainer dans une sacoche étroite, la chance de plonger dans différents univers à tout petit prix.

Pour une définition plus concrète, je me suis tournée vers le meilleur du fanzine, l’événement montréalais Expozine. Il s’agit d’une foire annuelle de la presse imprimée à laquelle plus de 300 auteurs et éditeurs participent afin de se faire connaître auprès des 20 000 visiteurs. « Un fanzine est une petite publication généralement réalisée par des fans sur le thème d’un auteur, d’un film, d’une série, d’un mouvement, d’un courant politique, etc. La plupart du temps, ces petites publications sont photocopiées et reproduites à peu d’exemplaires et elles sont rarement diffusées dans les réseaux connus du grand public. Certains affirment que le fanzine serait né dans les années 40, voire peut-être même avant. Il était très populaire vers la fin des années 60, début 70.

En somme, l’idée est de créer soi-même un objet qui véhicule notre passion ou notre opinion sans modèle et sans restrictions autres que les limites de nos propres moyens.”

Pourquoi se lancer là-dedans ?

Maintenant, pourquoi avoir créé FÉMINAZINE ? Pourquoi avoir décidé de se lancer dans l’industrie du zine, alors qu’elle n’est pas lucrative, qu’elle demeure propre à des cultures souvent dites undergrounds, qu’elle demande des lieux de diffusion très nichés et beaucoup de travail ?

J’ai posé la question à Valérie Darveau : « Sophie et moi, depuis un bout de temps, on voulait faire un zine pour parler de contraception. On a toutes les deux eu des mauvaises aventures et on entendait plein d’histoires de filles qui avaient aussi eu des problèmes avec ça. Tu ne choisis jamais vraiment ta contraception idéale, tu prends juste le moins pire choix…

On est aussi toutes les deux crafty; on aime bien la philosophie Do it yourself et l’édition, donc c’était logique de faire un zine. Ça nous permettrait d’aborder le sujet de façon humoristique et graphique. Bref, on a repoussé notre projet pendant presqu’un an, pis on a décidé au mois d’août de faire un événement collectif pour célébrer le fanzine dans l’espoir que ça nous botte les fesses à faire le nôtre. Ça nous donnait aussi un contexte plus clair, parce que c’est l’fun faire un zine, mais après tu fais quoi avec? »

Si la question vous intéresse aussi, sachez que vous pouvez assister à une table ronde au sujet des fanzines (« Publier une revue comme pratique de création ») et profiter d’un kiosque éphémère pour faire de belles découvertes le 13 octobre prochain.

Je vous recommande aussi fortement de partir à la recherche de réponses en découvrant de fantastiques artistes, lors de la prochaine édition d’Expozine, les 12 et 13 novembre prochain.

Vous allez voir, il se fait du sacré beau zine, au Québec…

***

Pour lire un autre texte de Rose-Aimée Automne T. Morin : « Depuis que je revendique mon droit de courailler pour oublier la mort. »

_________________