image0

Dear mummy gummy,

            Tu te souviendre ? Je t’appelais toujours comme ça quand j’étais petite. C’était le belle époque. Celle où tu me fabriquais des cookies pour me congratuler de mes bonnes résultats scolaires. I loved you so much then. What happened since these days ? Why do you hate me now ? Moi, je continue de te lover so much, my little mummy gummy yummy.

Tu me reproches entre autres de vouloir contrôler le média. Cela te surprend-t-il, really ? Pourtant, il me semble que tu devrais comprendre pourquoi j’agis cette voie. Quand j’étais huit ou neuf années, je n’avais jamais le droit de regarder les TV shows que je voulais, toi et daddy mady, vous me forciez à regarder des documentaires super boring sur les animaux et les grands événements historiques, alors que je rêvais seulement de regarder les comics, like other kids, you know. But, vous dites que ce n’était pas bonne pour mon éducation. More over, vous m’obligiez à lire tous les grands classiques de la literature et à voir le théâtre. What a pain in the ass. And you wonder why maintenant je déteste la culture ? And why I’m a control freak et je veux décider de tout ce qu’il y a dans le télévision et le radio ? Come on. It’s your fault all the way. 

            Tu es aussi upset because j’ai des positions trop conservative sur l’avortement et le droit de la femme. Ça me fait rire, parce que tu sais très bien d’où cela vienne. On était pourtant si bien ensemble, juste toi et moi… But no, you decide d’avoir deux autres enfants. Why ? Ils sont venus voler mon place. Tu ne m’accordais plus l’attention que j’avais besoin. Tu n’aimais plus juste moi. Tu aimais eux aussi. It was terrible. Je me été senti trahi. Si tu avais été avortée, j’aurais resté le roi. Your little king. That’s how you used to call me.

En ce qui concerne la répression lors du sommet du G20 à Toronto, contre laquelle tu t’opposes violemment, I must admit ceci n’est pas ton faute. En fait, c’est à cause du petit Jimmy Cunnigan. On jouait often au shérif et aux Indiens ensemble. C’était always lui qui faisait le police. Il gagnait tout le temps, obviously. Il me tirait dessus avec son plastic gun et me tabassait aussi parfois. J’ai appris que Jimmy Cunnigan était devenu un socialist asshole. Il milite contre la globalization, le réchauffement climatique and other shit like that. Mon chef de la sécurité a su qu’il serait là au G20, avec ses troupes, pour manifester. J’ai voulu me venger, c’est tout.

You know everything now. Je suis été très triste quand tu as fait ta sortie publique l’autre jour. Mais je te pardonne. Il y aura toujours un place dans mon cœur pour my little mummy gummy yummy. Ceci étant dit, don’t be surprise if prochainement, j’annonce des mesures répressives contre les aînés, cette bande de casseux de party.

Stephen Joseph, your son, no matter what you think about it

  • Aquaralys

    Très drôle ! :P Sauf que, selon l’histoire, le petit Stephen traumatisé ne devrait-il pas dans ce cas être POUR l’avortement ?

  • Marili Boucher

    La position  »conservative » de Stephen Harper sur l’avortement est, si je ne me trompe pas, de l’interdire et de le bannir puisque c’est immoral et condamné par Dieu/la Bible. C’est pourquoi il ne peut pas reprocher à sa mère (je sais c’est fictif, mais quand même!) de ne pas s’avoir fait avorter de ses frères et soeurs pour qu’elle reste seule avec lui like a little king ; ça se contredit! Par contre, j’avoue qu’Harper est du genre à se contredire donc..! ;)

  • Mélissa Verreault

    Ok, je l’avoue, je l’avoue, j’ai triché pour faire drôle. Vous avez tout à fait raison par rapport à la question de l’avortement, mais je pense qu’effectivement, le personnage Harper n’est pas à une contradiction près! :)

  • Jérémie

    Et bien pour la partie de l’avortement, il peut être contre car vue que lui, il a du enduré des petits frères, il ne veut pas que la jeunesse d’aujourd’hui est la chance de resté seul enfants. Selon moi, il est du genre si je l’ai pas, tu l’auras pas.

  • Mélissa Verreault

    Effectivement Jérémie, j’pense que c’est son style…