Fin mai, les gens chez URBANIA annoncent à leurs collaborateurs le thème du mois de juin : la bouffe. Bon, voilà un sujet couvert en abondance. Mais en nous lançant quelques pistes d’articles potentiels, une proposition m’a littéralement sauté aux yeux. Une entrevue avec un goûteur de nourriture pour animaux. Wow, bel angle. Ça fait différent du top 10 classique. Alors je plonge.

À mon désarroi, je me rends compte que des goûteurs québécois, même à temps partiel, y en a pas des tonnes. C’est, comment dire, introuvable. Il faut donc trouver une autre façon de faire vivre le sujet. Et c’est là que j’ai le malheur d’avoir une idée. Une fausse bonne idée, disons. Alors je plonge.

Et si c’était moi qui goûtais la nourriture animale?

Dans le fond, si Serena Williams peut le faire, et continuer à gagner des matchs de tennis,  je peux bien prendre quelques bouchées anodines. Si Rex Ryan, entraîneur des Bills de Buffalo (avouez qu’il a le prénom parfait) peut croquer dans un biscuit pour chien, et surtout si Amélie, notre chef de contenu web peut, elle aussi prendre une bouchée de biscuit pour chien, pourquoi aurais-je la chienne de le faire?

Le mois tire à sa fin, j’ai étiré la sauce au maximum. Je n’ai plus le choix. Je dois procéder à mon expérience gustative.

There is no turning back. Alors je plonge.

Voici avec quoi je dois m’amuser…

IMG_1906

Dégustation no 1 : Amuse-gueule au croustillant de poitrine de poulet

IMG_1911

Dans le fond, il s’agit d’un sac de chips de style Party Mix dans lequel j’ai ajouté des gâteries pour chien à saveur de poitrine de poulet.

IMG_1908

Les ingrédients ne mentent pas. Il n’y a que des poitrines de poulet, ça ne doit pas être la fin du monde.

Résultat : C’est croquant en ta. Disons que c’est davantage adapté aux gueules de chien, mais le goût n’est pas si mal. Un peu drabe, mais c’est comestible.

Dégustation no. 2 : Croque-au-thon

IMG_1921

Bon, ok c’est juste une tartine de thon. Ici aussi, cette nourriture pour chat n’est pas la plus complexe au niveau des ingrédients : Thon, eau. On s’entend que ça devrait être mangeable. À l’ouverture du contenant, je trouve qu’il y a pas mal d’eau. Dans le fond, c’est l’ingrédient parfait pour bien hydrater votre chat. Mais dans mon cas, on élimine le plus d’eau possible. On mélange avec de la mayonnaise, on ajoute des petits piments forts marinés et de la ciboulette.

Résultat : Ici, on n’est vraiment pas déstabilisé. Ça goûte le thon, une tartine classique. S’il n’y avait pas de mention « pour chats », on n’aurait rien vu.

Dégustation no. 3 : Salade de canard

IMG_1925

Ici, c’est vraiment l’avertissement qui m’a freiné un peu. La photo dit tout.

IMG_1923

Mais la dame de l’animalerie me disait que ce serait apparemment fabriqué ou empaqueté dans une usine de nourriture pour humains. Ça me rassure… un peu. Pour bien habiller mon plat, j’y suis allé d’un ajout de bébé épinards, de quelques tomates cerises du jardin et j’ai parsemé le tout d’un peu de fleur de sel, parce que je suis fancy. Mais en vrai, j’ai juste croqué le jerky de canard.

Résultat : Ah bien là, c’est beaucoup plus tendre que le jerky de poulet de ma dégustation 1. La saveur n’est pas mal non plus. Et pas d’effets secondaires à court terme à part la crainte extrême de goûter au prochain met.

Dégustation no. 4 : Poutine de viande à chien

IMG_1935

C’est en ouvrant la boîte, que je me suis dit que c’était une très mauvaise idée de goûter cette chose. On parle ici d’un pâté. Pas des morceaux de viande humide, mais bien en genre de Paris Pâté pour chien. Même si c’est pour teckel, pis qu’ils sont ben ben cute, ça sent le zombie tué 3 fois. Je mets la poutine achetée dans un plat qui a un peu plus de gueule, puis j’ajoute des « cuillérées » de viande. Et c’est là que je me dis que je vais juste prendre la photo, mais qu’il n’y a pas de chance que je goûte à ça.

Résultat : Ben j’ai complété l’exercice deux fois plutôt qu’une (merci bogue de iPhone). Ça prend beaucoup de frites et de fromage pour essayer de masquer l’odeur et la saveur. Pis quand les frites sont molles et imbibées, que le fromage est mou pis que tu te ramasses avec une bouchée de manger mou. Ça rend l’expérience d’autant plus désagréable.

Dégustation no. 5 : Crème glacée aux biscuits canins

IMG_1938

Ça, c’est comme le cadeau pour avoir fait ces tests stupides. La dame de l’animalerie m’a dit que si elle avait une seule chose à manger, ce serait ces petits biscuits pour chiens. Juste humer le sac, c’était comme arriver au paradis des petits pitous. Quoi de mieux pour agrémenter ces petites bouchées au bleuet, canneberges et cerise, que de préparer une belle grosse boule de crème glacée.

Résultat : C’est un délice. C’est comme des céréales bien croquantes. J’ai gardé le sac pour mes collations d’après-midi.

Conclusion

J’écris ce texte le lendemain de mon expérience gustative et je suis encore en vie, sans problème de santé apparent. C’est tout ce que je demandais. Merci la vie. Ma seule déception est que je ne peux pas caller malade. Pour une fois, j’avais vraiment une bonne raison.

***

Pour lire un autre reportage de Fred Simard : « La musique en chiffres: records, exploits et faits inusités »