il y a des jours à faire silence à faire triste à faire boule dans un coin
des jours où l’air béton à chaque pas à chaque respire
des jours de même

De lendemain de haine.

des jours à prendre le temps de se frôler les corps par les bouts de doigts, de se toucher la peau pour la chaleur, de se tenir le cœur au creux des paumes, mais pas fort, de se regarder dans les yeux comme on embrasse, des jours à caresser la vie parce que parfois il n’y a que cela, le geste lent qui se retient et se dépose et prend son temps, des mots doux à chuchoter tout près de l’oreille, se passer le souffle pour les bouffées qui manquent

l’autre est porcelaine faut se marteler

à prendre avec les petits doigts levés à prendre pour le lover dans son cou à prendre parce qu’il y a des fentes dans le trottoir

somewhere over the rainbow skies are blue même si aujourd’hui on le sait rouge

somewhere all over the rainbow ma vie ta vie des vies à tenir
aux jours de même où les mots semblent de trop il reste l’urgence de se traiter comme de la faïence

  • Marie

    Oui; et vraiment merci. Urbania comme il/elle devrait l’être.