La semaine passée, je suis au Maxi sur Masson (oui, je suis fan de poulet border avarié) et je croise l’ami d’un ami du cégep… Écoute, je lui ai parlé une fois un peu saoule en 2007 entre deux bouchées de poutine à la sortie d’un bar à St-Hyacinthe. Notre rencontre est un peu moins marquante que la première fois que René a entendu Céline chanter, mettons.

Bref, je suis devant les tomates au Maxi en train d’essayer d’en trouver une pas trop laide (le même principe qu’un gars saoul à Salsathèque qui attend de pogner la bonne) et c’est à ce moment que j’entends :

« LA JONCAS! »

Je me vire de bord, pis j’aperçois le gars là…! R’garde, le cégep, c’est une période un peu floue dans ma vie.

Faque me demander de me souvenir du nom de l’AMI d’un ami au cégep, c’est périlleux.

« Ah bin! », dis-je!

Lui, il est SUPER content de me voir. Deux becs, un gros « long time no see » et…. une ACCOLADE? Ça va, les rapprochements? Aye, dans un Maxi au gros néon un dimanche après-midi, la SEULE personne que j’accepterais de cajoler c’est ma mère, fait que recule MAN!

Long moment de malaise après l’accolade. C’est à ce moment que je me suis dit qu’en établissant volontairement un silence, il allait quitter.

MAIS NON! Il reste.

« Pis? », qu’il me dit.

« Pis?… bin, je me cherchais une tomate là! »

Il part à rire et me dit : « Classic Joncas! »

Il rit tout seul un bon moment. Je reste dans le silence, stoïque. Ça fait-tu 7 ans qu’il me suit en cachette pis je le sais pas?

« Bon! », dis-je dans l’intention qu’il me lance un… « Je te retiens pas plus longtemps, bla-bla-bla, bye là. »

NON! Il se lance!

« Aye c’est fou pareil, ça fait tellement longtemps qu’on s’est pas vu, mais j’ai l’impression que j’tai vue hier, tsé, Instagram ce que ça fait! »

INSTAGRAM TABARNAK!

« D’ailleurs, ton chien Henri est trop beau. »

J’aime établir des malaises volontairement, je me suis dit rendu là, amuse-toi!

« Merci, ça me prend minimum 20 essais pour réussir à prendre une bonne photo d’Henri sans qu’il se liche les gosses… il les a tout le temps dans gueule, pis après ça il me liche la face. » Je souris.

Aucune réaction, il enchaine sur autre chose. Simon est pas dédaigneux faut croire.

« Aye, t’as mis une photo au show de Marie-Mai l’autre jour, je connais le gars qui s’occupe de la promotion de son site web, j’tais comme, elle aurait dû me le dire, je lui aurais trouvé des billets gratuits… »

Bin oui, quelle conne je suis! Le gars que j’ai croisé une fois y’a 7 ans connait un gars qui travaille pour le site de MM. J’aurais dû le savoir! Je m’en vais donc de ce pas ouvrir mon album de finissants pour vérifier si y’a pas quelqu’un qui connaitrait quelqu’un qui vend les t-shirts sur le show de Arcade Fire, me téter des billets.

Il continue à jaser : « … D’ailleurs, j’ai remarqué ça, tu me suis pas sur Instragram ma maudite? Moi c’est @simongeau! En vrai mon nom c’est Simon Mongeau, mais j’ai pas mis deux fois le mon, je trouvais ça laid @simonmongeau. »

WO!!! Quelle discussion! J’ai failli lui demander de passer à la maison question de jaser de la performance de Travis Cormier en quart de finale à La Voix.

Mais comme je suis une guerrière, je vais rester polie. « Bin oui, je vais t’adder, je n’oublierai pas! Bon.. j’vais y aller moi, continuer mes … »

Il me coupe le sacrement.

« …Dans le fond add-moi tu suite, on va prendre une photo je vais te taguer. »

LÀ, ça bouille en dedans!! Mais bon, je prends mon cell, je l’ajoute, je le regarde avec un sourire de pure haine et il aligne son cellulaire pour une fucking selfie. (Ça a l’air de rien, mais j’essaye quand même de m’arranger quand je post des photos pis c’est ben rare que j’suis à mon prime dans l’allée des fruits et légumes au Maxi Masson…)

« COOL! Je suis full content. On se redonne des nouvelles, take care. » Ça m’énerve les gens qui disent take care.

J’ai pris n’importe quelle tomate pis je suis allée payer. Confidence : À ce jour, je ne l’ai pas encore mangée, je l’haïs on dirait.

Quand je suis arrivée chez moi, j’avais un message inbox Facebook, c’était mon chum de gars Simon, qui voulait que je lui donne mon adresse : « J’ai un cadeau pour toi », qu’il m’a écrit.

Comme je suis curieuse et naïve, je lui ai donnée : 5315 5e Avenue, Montréal. #jaipeurderien

J’ai reçu mon cadeau hier!

FullSizeRender

Merci Simon! Take care xxx

P.S. Je vais prendre un verre avec Simon cette semaine, au cas ou y m’énarve moins quand il y a pas de néons.

***

Pour lire un autre texte de Marie-Lyne Joncas : « Nick Carter, tu as tué mes fantasmes d’adolescente »

  • Alex

    Mmmh… Ça prouve, encore une fois, que des études s’imposent (au pc) en ce qui a trait aux relations interpersonnelles à l’ère des réseaux sociaux.

  • Milk

    Ok mais finalement tu l’a quand meme friendé pis tu vas prendre un verre avec. Je sais pas moi quand quelqu’un me tape sur les nerfs je leur laisse savoir ou donne n’importe qu’elle raison pour les éviter.

    J’ai comme l’impression que t’es aussi poche niveau social que lui mais différement. :-p

    En passant le fait qu’il te suivait déjà en ligne et que visiblement il est très intéressé par toi me fait dire que c’était peut-être même pas un hasard qu’il t’a rencontrer dans le maxi…..creepy mais plausible.

  • MJ

    Le cadeau, c’est le chandail ou la tomate? Ou les deux??? ;-)