on lance comme des filles
nous sommes des vaches, des putes, des salopes
hystériques, toutes des crisses de folles
et ce désert dans nos vagins
on ne naît pas femme, on le devient,
mais let’s go t’es capable sors du tas
fais ta place et prends-la
travaille ta compétence
you go, girl
je ne suis pas antiféministe, mon mari est féministe
de toute manière le matriarcat et l’égalité est atteinte et la haine des hommes,
mais laisse-toi venir dans la face, laisse-toi prendre le cul, souris, accepte les compliments et fais tourner les volants de ta robe

j’me dis un peu bêtement sans doute, mais détail que je peux bien défendre ma position et mes convictions et marteler des statistiques et des études et des cas et me faire dire sans arrêt que mes sources sont biaisées que je ne comprends pas que je suis brainwashée que je suis frustrée et mal baisée et avoir souvent l’envie de dire bien fort fuck off fuck you fuck toute, mais qu’au fond
ce qui me fait croire que je ne suis pas dans le tort ce sont ces fois où je marche le soir seule dans la rue ou des stationnements et que même sans personne près de moi j’ai une peur au ventre et mes clés entre chacun de mes doigts au cas où et qu’il semble que je sois loin d’être la seule à avoir cette chienne qui veille
celle de la menace d’être réduite, coincée, blessée, violentée, agressée, violée
je n’ai pas la marche libre la nuit pis toi, gars, elle va comment ta marche la nuit
j’ai appris à considérer le risque, à le vivre en réflexe,
il est martelé partout il est en acte aussi

alors je me dis tout bêtement que tant qu’on n’aura pas la marche égale tant que la chienne aura sa reine de place ça me fait une raison suffisante pour te dire je suis féministe

peu importe ce que t’en penses

***

Pour lire un autre texte de Véronique Grenier : « Le précieux »

  • Pop

    J’ai autant la chienne que vous, pour les mêmes raisons que vous, a marcher a Mtl la nuit…. et je suis un homme.

    • colonmist

      Vous n’avez aucune idée de ce que c’est que d’être une jeune femme aujoud’hui.. Et depuis la nuit des temps..

  • colonmist

    Ça a pas l’air évident d’être une jeune femme en cette période de backlash…

  • Luke Skywalker

    Je te ferais remarquer que l’homme moyen n’est pas plus outillé que toi pour se défendre contre une agression. Ta peur ne nous renseigne donc pas sur l’état du monde mais seulement sur tes états d’âme.
    urbania.ca, journal intime?

    Si vraiment c’est un problème. je te propose d’arrêter de pleurnicher sur le patriarcat et d’aller prendre à la place quelques cours d’arts martiaux. Bon courage.

    • URBANIA

      Elle n’est certainement pas la seule femme à vivre cette crainte si on se fie aux commentaires reçus sur notre page.

      Ah, et merci pour l’excellente suggestion des cours d’arts martiaux. C’est beaucoup plus simple que d’essayer de régler le problème à la source.

      • Luke Skywalker

        Et le problème étant? Il faudrait peut-être le définir avant d’en chercher l’origine. Les agressions dans les rues de Montréal? Allons donc…

        La source du problème étant l’esprit craintif de l’auteure, l’auto-défense est une solution simple en plus d’être radicale. Il n’y a pas quoi!

        • URBANIA

          Comme on te l’a déjà dit, selon les commentaires reçus sur notre site et notre page, l’auteure est loin d’être la seule femme à ressentir cette crainte, alors il est faux de sous-entendre qu’elle est seule à la vivre.

          Et si un grand nombre de femmes éprouvent le même sentiment, on estime que la solution à ce problème est beaucoup plus complexe que de prendre des cours d’arts martiaux. Oui, ça peut aider de façon individuelle et à court terme, mais le véritable travail en est un de longue haleine qui consiste à changer les mentalités de notre société.

          • Luke Skywalker

            De quelles mentalités parles-tu et comment les changer?

            Je pense que si les femmes sont agressées davantage parce qu’elles sont généralement moins fortes que les hommes, ce que tu décris comme une mentalité est en fait un calcul; on estime qu’il est moins risqué de s’attaquer à une femme qu’à un homme. Alors, des femmes plus dangereuses ou considérées comme telles feront diminuer le taux d’agression, si bien sûr il est effectivement plus élevé.

          • Franki Dashuri

            Bonjour M. Skywalker,
            Je crois qu’il s’agit d’un cri du coeur pour informer les hommes de notre société sur le mal qu’ils peuvent causer sans parfois s’en rendre compte. Plusieurs personnes, telles les femmes, sont peut-être plus vulnérables à des agressions ou des actes de perversion, mais en aucun cas elles le méritent. Selon moi, la meilleure solution serait de sensibiliser les hommes de votre entourage sur cet enjeu. Il est difficile de demander à une femme de devenir moins à risque.
            Bonne journée à vous!

            Dashuri

  • Vanessa

    Je ne connais aucune femme qui n’as pas peur de marcher seule la nuit. Et quand je dis peur, je parles d’avoir peur pour sa vie. Dès nos début dans l’adolescence, quand on commence à sortir, nos parents nous mettent en garde: « stationne-toi toujours à un endroit sécuritaire et éclairé, ne marche jamais seule, cherche les endroits peuplés, évite les ruelles, ne passe pas trop près des buissons, tiens je te prête mon cellulaire, garde-le sur toi en tout temps… » C’est ce que ma mère me répetait. Mon frère, lui, n’a pas eu droit à cette éducation… Je pense même qu’il n’est pas au courant de toutes les précautions que je dois prendre la nuit. La plupart des hommes non plus, d’ailleurs. Et encore aujourd’hui à 30 ans, malgré mes kilos supplémentaires et mon expérience, j’ai encore autant la chienne, parce qu’on ne sait jamais quand on peut tomber sur un psychopathe qui nous trouve de son goût…