Si vous me permettez de digresser légèrement par rapport à la ligne éditoriale que j’adopte normalement, j’aimerais vous raconter une histoire. D’amour.

C’est l’histoire de deux amants que leur désir oppose : l’amant en manque et l’amant sous pression.

Le premier vit sans cesse le rejet tandis que le second se sent constamment traqué. Et les insécurités de l’un viennent nourrir celles de l’autre.

L’amant en manque ne comprend pas pourquoi l’autre le repousse. Il sait seulement que lorsqu’il tente une approche, son chéri se dérobe. Il se demande s’il est moins aimé qu’il aime. En tout cas, il est visiblement moins désiré qu’il ne désire. Est-ce son corps qui n’est pas assez excitant? Ses moves qui ne sont pas particulièrement aguichants? Que fait-il de mal? Il se réessaie. Encore une fois.

Mais non, ça ne marche pas. Il s’essaiera plus tard. Quand il fera noir, quand ils auront bu, quand les conditions gagnantes seront réunies.

Sauf que tôt ou tard, on en revient toujours au point de départ : l’autre ne veut pas. Pas autant. L’autre a toujours quelque chose à faire de plus intéressant.

S’il insiste, l’amant en manque devient-il un manipulateur? Un violeur? Ark. Cette idée le répugne. Il ne veut rien savoir de ça. Il ne veut pas « forcer » l’autre : il veut que l’autre le veuille. Il l’aime, l’autre. Il le trouve beau, l’autre. Mais ça lui fait mal au ventre de savoir qu’il ne lui fait pas le même effet.

Pourtant, avec ses ex, ça se passait différemment. Ils baisaient par en arrière, par en avant, sur l’ilot, sous la douche. L’amant en manque partage ses réminiscences avec l’amant sous pression, pour qu’il comprenne bien que c’est lui, le problème.

De son côté, l’amant sous pression se désole de n’avoir jamais le temps de sentir le désir monter. Il n’a jamais le privilège de douter, d’être incertain de pouvoir scorer.

Il en a assez d’être pourchassé. Il doit tout le temps anticiper, réfléchir à quelle sera son excuse, la prochaine fois que l’autre tentera un rapprochement précoce. Trop fatigué? Trop pressé? Candy Crush?

Il tente d’épargner l’égo de l’autre, parce qu’il l’aime, l’autre. Mais il ne peut pas non plus lui donner ce qu’il veut sans le vouloir aussi, parce que sinon, c’est lui-même que l’amant sous pression n’aimera plus.

Il apprend donc à éviter certaines situations, il évite les regards coquins. Si l’autre croit interpréter un feu vert, l’amant sous pression devra ressortir ses panneaux de signalisation pour bloquer le passage, rediriger la circulation. Une énième fois. L’amant sous pression se sent comme un objet sexuel. Et ça lui fait mal au ventre de se voir être vu comme une enveloppe corporelle.

Pourtant, avec ses ex, c’était différent, ils prenaient leur temps. L’amant sous pression assure à son partenaire actuel que oui, il le trouve sexy, mais que plus il sent de pression, moins il sent de passion. La face désespérée de l’amant en manque ne lui fait pas envie. C’est un cercle vicieux. Presque aussi vicieux que lui.

La seule issue pour eux, c’est de mettre un terme au dialogue de sourds et de tuer l’amour.

L’amant en manque va partir se trouver quelqu’un d’autre, quelqu’un qui dira oui. Et ce sera parfait avec Oui. Oui ne dira jamais non. Mais des fois, quand il fera l’amour avec Oui, il pensera à l’autre.

L’amant sous pression va retourner sur le marché. Peut-être même qu’ironiquement, il va se mettre à y dégainer ses pants sans compter. Pour narguer son ancien amant. Pour l’oublier.

Je suis désolée que mon histoire finisse mal.

Je suis désolée de ne pas avoir de piste de solution ou de thérapie salvatrice à recommander. Et je suis désolée, aussi, qu’elle n’ait pas de morale.

Vous reconnaissez-vous dans l’un des protagonistes? Pour ma part, j’ai déjà joué chacun des deux rôles –  preuve, selon moi, que la libido est une affaire relative et qu’il est vain de vouloir la calquer sur les moyennes nationales du désir.

Peut-être que vous êtes chanceux et que vous ne connaîtrez jamais cette tragédie amoureuse. Peut-être aussi que vous la vivez présentement. Il est possible que vous en réchappiez, tous les couples n’en meurent pas nécessairement. Mais il faut l’admettre : parfois, le sexe éloigne et fragilise. Je me disais simplement ça pouvait être réconfortant de savoir qu’on n’est pas seul.

Que cette histoire de libidos désaccordées, cette histoire de duel libidinal est brutalement banale.

***

Sexplora : La libido, ce soir 22h30 sur ICI Explora.

  • Lauence

    Ce texte me soulage rien qu’à le lire. Comme quoi, ça l’arrive à d’autres et ça peut être normal. Qu’on soit l’amant en manque ou l’amant sous pression.

    Au départ de mon ex-relation, mon copain et moi étions amoureux fous avec une libido incroyablement surprenante. Nous étions heureux. Nous étions épanouis. Puis un jour, alors que nous avons repris notre relation suite à une pause de 10 mois, ma santé a commencé à être fragile. Avec le temps et la pression, mon ex-copain et moi avons véçu cette exacte même situation décrite dans ce texte-ci ; la libido ne me venait plus et cela s’est transformé en manque / pression. Les disputes, le stress et l’incompréhension (insatisfaction) a mené à notre rupture récente.

    Tout ça pour dire que, au contraire il existe des solutions et il faut comprendre pourquoi. À quel prix et avec combien de temps ? Va savoir ! Dans mon cas, grâce à beaucoup d’introspections et quelques thérapies, j’ai compris que j’avais une inconsciente insatisfaction de moi-même face à mon corps (tsé quand on ne s’entraine plus et qu’on ne prend plus soin de soi au point de ne plus réaliser que t’as un magnifique vagin en santé!), malheureuse de ma vie (donc baisse de libido). Mais c’est SURTOUT SURTOUT le fait que la personne que j’aimais devenait tranquillement un enfant à mes yeux par son manque de maturité et d’initiatives (tant dans sa vie personnelle que professionnelle, ce qui ne le rend pas adulte et entreprenant), ainsi que par négligence physique et mentale envers lui-même (tsé bedaine de bière, barbe laissez-aller, mode de vie paresseux et un caractère d’insécurité et insistant pour le sexe qui devient graduel).

    Bref. Aujourd’hui, nous ne sommes plus ensemble. Toutefois, je considère que parfois on a besoin d’un moment à part, chacun de son côté, pour prendre le temps de se recentrer, de comprendre le  »pourquoi » et de prendre soin de soi. Ça l’aide beaucoup physiquement et mentalement.

    Rien ne se perd.
    Rien ne se crée.
    Tout se transforme.

  • Antoine

    Ça fait du bien de se faire rappeler que ça arrive de ne pas être accordé niveau libido. Que c’est dur de vivre le rejet, mais aussi que c’est dur de rejeter. J’ai déjà vécu ça et je trouve que c’est d’autant plus difficile que, en tant qu’homme, il y a une idée convenue qui dit qu’un homme, c’est toujours partant pour baiser. Ça finit par créer une pression sociale à chaque fois. « Si je lui dis non, qu’est-ce qu’elle va penser de moi? Est-ce que c’est normal que je n’en aie pas envie? Est-ce que je suis moins un homme qu’avant parce que je n’arrive pas à baiser n’importe quand? » Ça peut vite détruire une relation si on ne réussis pas à en parler à l’autre et à lui faire comprendre son point de vue.

  • Pop

    Ces pour cela que le viagra pour femme vise a stimuler le desir, et non la circulation sanguine…félicitation pour vos gants blanc, ça devrait passer!

  • Kayan Quoi Déjà

    Je vous ai vue hier soir à tout le monde en parle. Vous avez été très courageuse et vous avez fait preuve d’une grande maîtrise de vous lorsque les autres tournaient au ridicule vos propos. Preuve justement qu’il y a toujours une problématique sur le sujet dont vous avez traités.

  • Ugu

    Merci full. Vraiment.

  • Robert Brisebois

    À ce propos, j’ai écrit un livre intitulé Burn-Love aux Éditions du Dauphin Blanc qui explore ce thème tout en y proposant des pistes de solution. Peut-être y trouverez-vous une fin moins désolante. Bonne lecture, Robert Brisebois.