Quand on m’a demandé d’écrire un texte pour parler de mon village, Saint-Étienne-de-Beauharnois, j’ai tout de suite accepté, car mon attachement et ma fierté envers ce dernier sont si forts que je ne pouvais refuser.

Mais comment couvrir en si peu de lignes un village de 800 âmes et 800 cœurs qui s’unissent et créént des histoires de génération en génération, de Sauvé en Montpetit, de Pouliot en Laberge, de Dumaresq en Montpetit, en passant par d’autres Montpetit (Y’a beaucoup de Montpetit, mais on est pas consanguin… eux, ils habitent St-Chrysostome!)?

Voici donc St-Étienne, fondé en 1864.

St-Étienne

Ne touche pas à MON St-Étienne

Les habitants de St-Étienne ont un réel sentiment d’appartenance pour leur ville, sentiment que l’on retrouve nulle part ailleurs au Québec. Ne dis JAMAIS à un habitant de St-Étienne : « Ah, tu viens de Beauharnois » puisque 101 fois sur 100 il te reprendra en te disant qu’il vient de St-Étienne, c’est non-négociable.

Pourquoi on dit St-Étienne-DE-BEAUHARNOIS? Réponse : Y’a 3 autres St-Étienne au Québec. Beauharnois est la ville la plus proche de nous… y’a aussi St-Louis-de-Gonzague à proximité, mais ça commencerait à faire long St-Étienne-de-St-Louis-de-Gonzague.

Ville de partys, ville de péchés!

Cogne à n’importe quelle porte du village et demande au patriarche du foyer de te compter une histoire de chez Ti-Père (bar qui était actif dans les années 70-80) ou aux plus jeunes d’entre-nous qui vivent les soirées bien arrosées du vignoble J.O. Montpetit et tu te rendras rapidement compte que les abus ont gravé notre histoire!

Le vignoble J.O. Montpetit
Le vignoble J.O. Montpetit

Notre plus grand rassemblement : la Fête nationale du Québec à St-Étienne-de-Beauharnois est en train de faire sa marque dans les partys à ne pas manquer le 23 juin au soir! Depuis plus de 10 ans, 2000 personnes se déplacent en arrière du cimetière (Ouin, nous autres, on fait nos partys là!) pour écouter notre groupe chouchou qui s’est créé ici même : Lendemain de veille!

Juste en vente de bière, on règlerait la dette du pont Champlain. 

Pas juste des soûlons!

Organisateurs et rassembleurs, c’est notre identité. Pendant les grands froids qui nous gèlent les poils d’la barbe, nous avons comme option : ligue de dard et patinoire! Plus jeunes, nous avions aussi notre carnaval, avec notre propre Bonhomme Carnaval. (Celui-là n’était pas conseiller à sortir devant les enfants).

Toutefois, comble de malheur, en mai 2015, le feu a emporté notre vieil ami ainsi que notre salle communautaire reliée à notre bibliothèque municipale, communément surnommé « le chalet », où tous nos rassemblements avaient lieu depuis 41 ans. (J’étais triste, vraiment, j’avais 2 livres en retard à biblio…).

*Le Bonhomme n’est pas mort, mais il est pas fort.

La vache merdeuse!

Depuis 30 ans le jeudi s’affrontent les plus grands joueurs de balle de la région (grand joueur = t’as une mitte, tu joues). Chaque dernière fin de semaine d’août, les familles s’entretuent pour… ne PAS gagner un tournoi familial ô combien apprécié de tous les Stéphanois (gentilé des habitants de St-Étienne). Pendant la fin d’semaine, tournoi de balle, tournoi d’washers (t’es mieux d’être prêt y’en a qui se pratiquent à l’année), tournoi de beer-pong (Ça aussi, y’en a qui s’pratiquent!), souper méchoui et… une vache qui chie!

En fait, la vache qui chie c’est un moitié-moitié. Y’a une vache dans un enclos, si la vache chie sur la case correspondant à ton billet… tu gagnes! J’ai beau me demander qui a eu cette idée-là… mais quand j’y pense, j’aime mieux pas l’savoir!

Un mot : fierté

Le 16 juillet 2013, MON St-Étienne s’est montré fort et uni! Dans le concours Kraft Célébration tour, dont le lot s’élevait à 25 000 $ destiné à notre terrain de dek hockey, nous étions en finale contre la ville de l’Assomption qui compte 20 000 habitants et nous disposions de 24 h pour voter de façon illimitée, par internet. Le score? 110 702 contre 38 000… 138 votes par habitant pour St-Étienne contre 2 par résident de l’Assomption!

Affiche TCK 2013

David contre Goliath prise 2!

Plus qu’un simple voisin

Que tu te promènes en char, à pied, à vélo ou en tracteur à gazon (oui oui, tu as bien lu), les gens te saluent.

Quand tu cognes chez ton voisin, tu cognes aussi chez un ami, un oncle ou le gars qui va passer la souffleuse dans ton entrée (si t’habites dans un rang, ton voisin est à des kilomètres, dès la première bordée de neige, tu restes CHEZ VOUS pour le reste de l’hiver!). En plus de se connaitre, tout le monde sait les surnoms des autres, pas tous élogieux! Je pense à l’Enforce, à St-Pho à Meu-Meu (ça, c’est l’gars qui vend les moitié-moitié), en passant par Mick The Shit, Macaque, Bourlou, Le Clit et Simon-Bob!

Faque, tu sais pas quoi faire l’été prochain ? Passe donc nous voir, on est ben accueillant et pas sorteux! St-Étienne-de-Beauharnois, lieu de réconfort, lieu de fierté.

On te lève notre verre, St-Tits!

***

Pour lire un autre reportage « Ville de la semaine » : Saint-Jean-sur-Richelieu