Quand j’étais toute petite, la veille du jour de l’An, on passait ça chez ma mamie. Je me ramassais inévitablement dans le tas de manteaux, sur son lit. Sa chambre était calme contrairement au reste de l’appartement qui résonnait des rires et des voix.

J’aimais mieux le calme.

Jusqu’à minuit, presque tout le monde jouait aux cartes. Y ramassaient leurs cennes pendant toute l’année. Ma mamie était la plus mauvaise perdante au monde. Après le Bye Bye!, on se faisait bénir par un oncle ou un cousin pis après on mangeait.

Des petites saucisses enroulées dans du bacon, des pâtés à la viande, du sucre à la crème, la table débordait de bon manger. Je retournais m’endormir dans les manteaux. Ma nouvelle année s’entamait toujours dans les odeurs de maison et d’humains qui se cachaient dans les plis des tissus.

Mais là, j’ai pu de mamie, la famille s’est un peu dessoudée, repliée dans ses plus petites unités.

Et je vais passer ma dernière soirée de 2015 avec ma plus petite unité. Cela fait que. Je vais te faire part de mon brainstorm de ce que cette soirée peut être.

***

Un souper de grands

Un grand souper. Avec plusieurs services. Intégrer les p’tits aux choix des plats, à la rédaction de la liste d’épicerie, aux achats. Cuisiner une partie de l’après-midi, le 31. Mettre la table belle avec une nappe, un centre de table [gossé par les p’tits], sortir de la belle vaisselle. S’habiller propre. Prendre l’apéro avec des petites bouchées, faire des Shirley Temple à la progéniture en y mettant plus de cerises au marasquin que la raison ne le veut.

Prendre le temps de manger longtemps, laisser les enfants jouer entre les services. Écouter de la musique. Boire du champagne ou du mousseux et étirer les bulles jusqu’à minuit. Ne pas faire la vaisselle, la laisser aux enfants pour le lendemain en leur souhaitant autonomie et propreté comme vœux du Nouvel An.

Dans tous les cas de figure, évitez Pinterest, clore l’année sur la déception de n’avoir pu être à la hauteur d’une affaire pinnée sur un tableau virtuel, ça ne te tente pas.

Un pique-nique

Un pique-nique dans le salon, idéalement dans une cabane en couvertures avec grande ouverture vers la télévision et beaucoup d’oreillers. Se mettre en pyjama. Opter pour de la bouffe facile, du comfort food ou préparer les plats préférés de la famille. Prévoir du popcorn et des chips. Écouter un film qui fait rire, avant de semi-pleurer devant les revues de l’année. Faire des smoothies aux p’tits à boire avec une paille, se prévoir un mini bar à portée de mains pour les adultes.

Des objectifs

Se donner des objectifs de famille pour 2016. Prendre le temps de réfléchir à ce qu’on voudrait, ce qu’on pourrait, en tant qu’unité qui habite ensemble et qui, on l’espère, s’aime. Des choses à améliorer, des choses qui feraient sourire. Ensemble. Deux ou trois, plus que ça, c’est cute, mais on sait que ce seront des idéaux qui finiront dans la boîte à « la fois où l’on s’est cru ».

Lit et livres

S’installer dans le plus grand lit de la maison avec des piles de livres et de revues. Se faire la lecture à voix haute, lire à voix basse. Prendre le temps de discuter de certains passages. S’il y a une télévision dans la chambre, se permettre de syntoniser la chaîne au feu de foyer sans trop se juger de le faire. S’endormir en tas sous la couette.

Des souhaits

S’écrire ou se dire des souhaits. De parents à enfants. De parents à parents. D’amoureux à amoureux. D’enfants à enfants.

T’as compris, j’arrête.

Puis de nommer comment l’on va contribuer à aider la personne à qui ils sont adressés à les atteindre. C’est sans doute ça, le bout le plus doux. Se poser comme le compagnon actif du bonheur de ses proches.

Bilan de l’année

Faire un récapitulatif de l’année avec des dessins. Prendre sa soirée pour se rappeler le beau et le moins beau, ce qui a fait rire, ce qui a fait pleurer. Se trouver un grand cahier pour tout noter, pour y mettre des photos, des dessins. Ranger ça dans sa bibliothèque ou l’exposer sur la table du salon.

Journal à potins de la famille, c’est mieux que n’importe quelle revue pour nourrir le voyeurisme des invitéEs.

Jouer

Jeux de société et orgie de manger avec les doigts. Ça fait un moment agréable, un moment à partager du drôle [à moins que ta progéniture gère mal de ne pas mener le jeu ou le gagner, mais détail]. Entre le moment du souper et minuit, c’est aussi possible de jouer à plusieurs jeux et terminer l’année sur une note ludique, c’est une belle chose à s’offrir, surtout en famille.

Glissage et thermos

Aller glisser avec un thermos de chocolat chaud et un de petit vin chaud et une réserve de biscuits cuisinés pendant l’après-midi. Dans le meilleur des mondes, se faire les souhaits du Nouvel An sous les étoiles qui scintillent et alors croire que l’année à venir sera pleine de poésie.

Fuck all.

Ne rien faire. Il y a comme cette pression de devoir faire quelque chose pour souligner le passage d’une année à une autre, mais quand on y pense deux petits instants, on peut très bien décider de vivre cette journée et cette soirée comme n’importe quel autre jour de l’année et ne pas se sentir mal pour autant. Notamment si « se mettre moins de pression » figure sur la liste des résolutions.

Sur ce, je te souhaite ben de l’agrément.

Si tu fais ça à petite échelle ou à grand déploiement avec ta famille élargie ou des amis et ben du monde et ben du bruit.

***

Pour lire un autre texte de Véronique Grenier : La vie.