Chez URBANIA, on se tient loin des sauts. Ça nous donne mal au cœur et dans les pieds rien qu’à regarder les vidéos de ces gens qui se jettent en bas de falaises, de ponts ou – pourquoi pas – de la stratosphère. Mais on ne pouvait refuser de plonger dans le vif du sujet quand l’Usine C nous a demandé de réagir à la pièce The Dogs Days are Over et à la prémisse: « Demande à quelqu’un de sauter et tu verras son vrai visage ». Nos visages, en tant que peureux assumés, se crispent à la fois de terreur et d’admiration. Et vous? À quoi ressemblerait votre visage si vous réalisiez les défis suivants?

Le Royal Gorge suspension bridge: Le plus haut saut en bungee

Ce n’est pas que la légalisation de la marijuana qui attire des touristes au Colorado. Quoique l’un n’empêche pas l’autre. Le Royal Gorge suspension Bridge attire les amateurs de bungee des quatre coins du monde, car il se place comme le plus haut point où se jeter dans le vide, un élastique aux pieds, avec ses 310 mètres d’altitude.

Le pont a lui-même longtemps été un record en soi, se plaçant jusqu’en 2001 comme le plus haut pont du monde. Le courageux (ou le fou, c’est selon) qui plonge tête première sur le Colorado plane pendant dix secondes avant que la corde ne le renvoie vers le haut. Le seul retour de l’élastique le propulse à plus de 100 mètres d’altitude. Et ça, c’est juste le rebond.

Pour vous donner une idée, les sauts sont en général de 50 à 100 mètres, allant parfois jusqu’à 150 mètres de hauteur. De quoi faire déchanter vos amis qui vous parlent de leur expérience comme la chose la plus excitante de leur existence.

Bungee

Laso Schaller: le record du plus haut plongeon

Le Suisse né au Brésil, Laso Schaller, est rentré dans le Livre Guinness des records l’été dernier en devenant la nouvelle référence du plongeon de haut vol. Se jetant dans le vide du haut de 58,8 mètres, son corps a atteint une vitesse de 123 km/h en 3,58 secondes. Il peut également se vanter d’être le premier à s’être jeté en bas de cette falaise, situé dans la région de Ticino, en Suisse italienne. Mais bon, c’est moins étonnant: c’est plutôt l’inverse qui nous aurait surpris.

S’il n’a pas effectué de prouesses comme on les acclame lors des compétitions olympiques, il est parvenu à rester droit comme un piquet – lui évitant ainsi un flat monumental. On place son exploit avant le saut en bungee même si c’était moins haut, parce qu’il faut plus que du courage pour sauter sans harnais ni corde: il faut être suicidaire sur les bords.

Redbull Stratos, ou le plus grand stunt médiatique du monde

Tout le monde connait ce cas, mais on ne peut pas passer à côté. Nous avons tous regardé, le souffle coupé, Felix Baugmartner se lancer en bas de la boule Redbull, en 2012, d’une attitude de 39 376 mètres. Des millions de paires d’yeux l’ont vu tomber, telle une poupée de chiffon, de la stratosphère, se plaçant comme premier homme à franchir le mur du son en chute libre.

On oublie souvent que l’Autrichien n’en était pas à son premier défi relevé. Il a récolté, au fil de sa carrière (ou plutôt vocation), le record du plus haut saut en parachute du plus haut immeuble du monde, du saut extrême le plus bas jamais effectué en sautant de la main du Christ Rédempteur de Rio de Janeiro au Brésil ou alors celui d’avoir été le premier à traverser la Manche en chute libre à une vitesse de 200 km/h.

Il a désormais pris sa retraite des records, à 43 ans. Et on le comprend. C’est une supposition, mais il n’aura probablement jamais de soucis d’argent et il ne manquera pas non plus de Redbull s’il est en manque d’adrénaline.

Après Redbull: Google

Alan Eustace, ancien vice-président de Google, se préparait depuis 2011 à cet exploit: celui de défier le mur du son. On se demande ce qu’il a pensé, en regardant Felix Baugmartner tomber du ciel. Quoi qu’il en soit, il l’a probablement pris comme un défi puisqu’il a travaillé jusqu’en octobre 2014 à battre le record. Ce qu’il est parvenu à faire en tombant à une attitude de 41 425 mètres.

Loin de faire un tumulte comme en 2012, on peut conclure que ce n’est pas tellement le défi en soi qui a captivé la planète entière autour de ce phénomène. C’est la stratégie marketing, propulsée par Redbull, qui est brillamment parvenue à monopoliser des millions d’internautes par la diffusion de l’évènement en direct. À quand la prochaine grande multinationale qui supplantera le record?

***

THE DOG DAYS ARE OVER

Passer plus d’une heure à sauter, sans arrêt, c’est épuisant. Essayez, pour voir. Les huit interprètes de la pièce The Dog Days are Over, présenté à l’Usine C, se prêtent au jeu en abusant de cette action jusqu’à l’épuisement. Ces efforts (on pourrait même aller jusqu’à parler de souffrance) ne sont pas en vain, puisqu’ils visent à critiquer la limite entre l’art et le divertissement, la légitimité et le pur voyeurisme. Si vous ne pouvez pas vous rendre au Colorado, en Italie ou dans la stratosphère, on vous invite à aller à l’Usine C pour y vivre des émotions fortes. Mais, on vous rassure tout de suite, vous ne sauterez pas.

JanMartens_thedogdaysareover_©PietGoethals5