Savamment dissimulé dans une boîte Aldo enfouie dans le haut du garde-robe, le vibrateur est aujourd’hui le symbole d’un plaisir démocratisé, partagé autant par elle que par lui. Voici tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir sur cet objet assez fort pour un homme, mais conçu pour une femme.

1.    Après la machine à coudre, le ventilateur, la théière et le toaster, le vibrateur est devenu en 1902 le cinquième outil électrique à être commercialisé pour des applications domestiques (lire : pour permettre à la femme au foyer de se faire ses propres «massages»).  Une petite shot de vibrateur entre deux brassées de pâle?

2.    Aucune réglementation ne régie l’industrie des jouets sexuels, peu importe le pays. Les Chinois, dans leur légendaire habileté à générer du cheap, profitent donc de cette «craque» administrative et produisent 70% des jouets sexuels à l’échelle mondiale.

3.    Les vibrateurs de qualité sont habituellement faits en silicone, en polymère, en métal ou avec des restants de John Bobitt. Ceux en caoutchouc sont moins chers (tout comme ceux disponibles au pawnshop près de chez vous), mais comportent des dangers pour la santé en raison des risques de transmission de MTS.

4.    Les femmes en relation ont davantage tendance à utiliser le vibrateur que les femmes célibataires. Taux de natalité au Québec : 1,6.

5.    «De façon générale, les moteurs fabriqués en Chine sont de moins bonne qualité, brisent plus rapidement et sont moins chers que les moteurs d’origine japonaise.» – Jacques Duval.

6.    Les vibrateurs électriques conviennent davantage pour une stimulation externe clitoridienne. Leurs vibrations sont plus fortes que celles des vibrateurs à batterie et peuvent s’apparenter à une ride de sécheuse.

7.    À quel âge utilise-t-on le vibrateur la première fois?
16% ont moins de 20 ans (vibrateur subtilisé à leur mère)
50% sont dans la vingtaine (virée au Motel Canada entre filles)
24% sont dans la trentaine (y’est dont beau Françis Reddy)
10% ont 40 ans et plus (vibrateur subtilisé à leur fille)

8.    Bien qu’il existe une grande variété de modèles et que les prix diffèrent d’un sex shop à l’autre, un bon vibrateur coûte environ 60$. (Ceux dont les REER ont fondu peuvent toujours se rabattre sur une vieille pagette).

9.    Pendant plusieurs siècles, les médecins qui diagnostiquaient l’hystérie chez les femmes leurs prescrivaient une séance de masturbation. En leur compagnie. Ce n’est qu’à la fin du 19e siècle qu’un médecin, Clinton Melendres, a eut la brillante idée d’inventer un objet vibro-massant pour lui éviter de faire la sale besogne manuellement.

10.    Selon plusieurs recherches, 33% des femmes et 20% des hommes possèdent un dildo. Statistiquement, ça veut donc dire qu’un des cinq commentateurs de l’émission l’Antichambre à RDS en possède un. Cinq piastres sur Dave Morissette.

11.    Les premiers dildos étaient faits en pierre, en bois ou en goudron. Ils étaient solides donc utilisables pour la pénétration. Le dildo le plus ancien a été retrouvé dans une cave en Allemagne et remontrait, selon les archéologues, à plus de 30 000 ans. C’est-tu gros un fémur de Mammouth?

12.    Les plus gros dildos mesurent 18 pouces de long et 4 pouces de large (la plus grosse pizza au Donini fait 16 pouces).  Pour ceux qui n’ont pas peur de la face du gars aux douanes, il existe aussi sur le marché un dildo en forme de bras de 14 pouces avec à son extrémité, un poing fermé. Idéal pour knocker le chum incompétent.

Texte issu du #22 spécial Sexe | Printemps 2009