trois-singes

Tiens, l’autre jour, j’étais dans une
autre ville, celle qui est en face de Lévis, et j’écoutais la radio, le
matin, parce qu’il faut bien se réveiller un moment donné et puis moi,
la radio, c’est mon travail et j’aime ça, je suis fait de même.

Jamais n’ais-je entendu autant d’indignation à la minute. Pas mêlant, j’en suis venu à me demander si on était rendu au point où tout était réglé. Fuck les morts en Haïti, ne parlons pas de la mafia qui contrôle la construction, nooooooooooooooooooon, faisons plutôt du temps d’antenne sur la sortie forcée du placard de Joël Legendre et sur une prof du primaire qui a forcé un élève trop bon à jouer mal au soccer pour ne pas faire de la peine au reste du groupe. Ça, c’est écoeurant, arrêtez tout, on tue la une, on met un journaliste là-dessus.

Et ça se dit une émission d’information. Moi, j’appelle ça des gens qui n’ont pas vraiment de problèmes. Ils vont faire quoi, la journée où il va se passer quelque chose de vraiment grave? Exploser en ondes? S’automutiler en pleurant que c’est la faute du complot islamiste extrémiste de gauche?

Après la pause, la météo et les nouvelles du sport, le Canadien a encore perdu et c’est la faute aux syndicats et à Guy A. Lepage…

Je ne suis pas choqué, là, on jase!

  • Marc

    *sarcasme* Maudit plateauiste ou autre bibite de Montréal ! On n’a droit à notre propre misère tu sais! Avoir des soucis c’est chic, tu saisie? *sarcasme*