chroniquesblondes
1. A/S/V, svp ? 
Désolée, mon russe est un peu rouillé…
 

2. À qui s’adresse ton blogue ? 
Aux gens qui aiment échapper aux étiquettes.
 
3. Quels sont tes sujets de prédilection ? 
La fabrication de la création, les créateurs, les autres en général. Peintre, j’aurais aimé être portraitiste. J’aurais soigné la lumière.
 
4. Mac ou PC ? 
Mac, mac, mac. Est-ce que j’ai dit mac? Ses couleurs, sa facilité, sa créativité.
 
5. Facebook ou Twitter ? 
Bigame et heureuse de l’être. Les réseaux sociaux, c’est comme les bad boys, il ne faut jamais leur être fidèle.
 
6. Pierre Côté ou Michelle Blanc ? 
Michelle Blanc, parce qu’elle sait rire d’elle-même, qu’elle aime le scotch et qu’en rejoignant la secte blonde, elle persiste et signe.
 
7. Pour ou contre les LOL? 
Je me suis juré de continuer à utiliser des mots complets, sur Facebook, sur Twitter et dans la vraie vie. Cela dit, chez les autres, ça ne me dérange pas du tout, d’abord qu’ils sachent rire, en lol, en mdr ou dlvv.
 
8. Ton fond d’écran : 
une photo de mon chum dans la position du lotus en plongée aux îles Turquoises & Catherine de Léan, le fouet à la main, dans son kit de dominatrice, selon que j’aie besoin de relaxer ou de me donner un coup de fouet.
 
9. Passe-Carreau ou Passe-Partout : 
Je les efface tous les deux de la mémoire collective. Je suis de l’école de ceux qui aiment voir la vie comme elle est et pas photoshopée par une bande de pédagogues en mal d’éducation collective. Comme disait Anthony Hopkins dans un autre questionnaire de Proust : « freeloaders with a sense of entitlement ».
 
10. La chanson que tu as le plus écoutée sur ton iPod : 
 
11. Le secret de ta sauce à spagh’ :   
La recette est sur mon blogue, dans un billet de St-Valentin. Gros succès. Je songe acheter des pots Masson et à faire comme Paul Newman. It’s all about the love, honey.
 

12. Ton meilleur pick-up line dans un bar : 
No lines, lot’s of pick-ups.
 

13. La dernière fois que tu as pris de la drogue : 
Je n’ai jamais été bonne avec les dates. Probablement à cause de la drogue.
 
14. Comment aimerais-tu mourir ? 
Vieille, amoureuse et en ayant remis le troisième volet de la trilogie amorcée avec mon roman « Je compte les morts » à temps.
 
15. Si tu devais déclarer ton amour pour tes lecteurs en quelques mots… 
Ils savent déjà que je les aime, je leur dit souvent. C’est à cause d’eux que j’ai encore la foi qu’il y a encore une place pour les Ovide Plouffe du monde entier.
Le blogue de Geneviève Lefebvre : Chroniques Blondes