À première vue, le Marché Haïtien ressemble à n’importe quel dépanneur du coin.
Pourtant, sur la devanture de la boutique, une inscription intrigue: « Matériaux de vaudou ». En poussant la porte, on découvre une sorte de souk dans lequel les produits alimentaires et les cosmétiques côtoient de mystérieux objets…
Le propriétaire, Eli André, tient ce commerce depuis 12 ans. Il a débuté en distribuant du café haïtien et, de fil en aiguille, il a ouvert une première épicerie, puis une deuxième. Des gens parcourent toute la ville pour venir y acheter des produits qu’ils ne trouvent nulle part ailleurs. C’est d’ailleurs l’une des particularités du lieu: vendre de la marchandise exclusive. « La concurrence est rude. Toutes les grandes chaînes de supermarché se sont progressivement intéressées aux produits ethniques, plus exactement aux produits haïtiens tels que les bananes plantains ou le lait de coco. Par souci de rentabilité et pour se démarquer, il fallait trouver des spécialités haïtiennes plus rares que les chaînes ne touchaient pas. Je suis donc allé naturellement vers le vaudou, qui est plus qu’une réalité pour les Haïtiens ».
Le vaudou ne consiste pas uniquement à faire des sacrifices de poulets ou à transformer les gens en zombie. La pratique méconnue du vaudouisme reflète une véritable religion où se mêle magie, rituels et cultes des esprits. Le vaudou est l’expression d’une identité collective caraïbéenne, puisque cette dernière croise les cultes animistes africains et l’héritage catholique des esclavagistes. Cette religion a longtemps été pratiquée dans l’anonymat. Taboue, elle était associée à la magie noire qui servait à faire du mal, voire même à tuer. Par contre, la nouvelle génération d’Haïtiens, surtout celle issue de la diaspora, affiche ouvertement cette religion. Elle reste une fierté culturelle et africaine du Dahomey (ancien nom du Bénin et ancienne zone ethnogéographique du vaudou). M. Eli insiste beaucoup sur le fait que « le vaudou est une religion, qu’il ne faut pas le confondre avec la magie noire ».
Avant que le Marché Haïtien n’existe, les gens se faisaient ramener clandestinement les produits et les objets nécessaires aux rituels. M. Eli a rendu ces spécialités plus accessibles: « Au fur et à mesure, j’avais des gens qui venaient m’offrir des produits. J’en achetais, je les organisais et je les rendais beaucoup plus vendables. Je faisais des petites bouteilles et des petits flacons avec des étiquettes ».
Que peut-on trouver au Marché Haïtien? On peut se procurer l’incontournable poupée vaudou qui sert à réaliser les souhaits. Il existe un modèle pour homme et un pour femme. On propose une grande gamme de produits de botanique tels que des plantes et des herbes séchées, des minéraux, du sable et du sel qui sont utilisés pour les incantations et pour guérir les maladies. Il y a aussi de nombreux philtres, comme envi ou’em, qui attirerait l’amour. En ce qui concerne les objets de cérémonie, on trouve des maracas décorés de perles qui appelleraient les esprits, ainsi que des bouteilles ornées d’images de saints catholiques qui seront remplies de rhum destiné à être offert aux loas (les esprits). Toute la marchandise vaudoue doit être approuvée par un prêtre (hunga), tout comme l’est la nourriture juive kasher.
M. Eli avoue par contre avoir de la difficulté à dénicher certaines spécialités: « Par exemple, les excréments de chamarron. Le chamarron est un ancien chat domestique qui s’est enfui dans les bois et qui est devenu sauvage. » Il poursuit : À quoi servent les excréments de chamarron? Je ne sais pas car ce qui m’intéresse, c’est la business ». Étonnamment, il constate qu’il y a de plus en plus de femmes blanches québécoises qui viennent dans sa boutique et qui connaissent très bien le vaudou : « Elles seraient même prêtresses, car d’après le choix de leurs produits et leurs demandes, on décèle la connaissance ».
En attendant la construction d’un temple vaudou à Montréal (est-ce prévu ou demandé par la communauté?), vous pouvez toujours aller pousser votre chariot dans les allées du Marché Haïtien.
Le Marché Haïtien
9151 Boulevard Pie IX (près de la 47e rue)
Montréal, H3W 2H5
514-328-1282