Ce qui se passe actuellement en Haïti, c’est laid. Très laid. Mais, ce qui se passe, là, tout de suite, sur les réseaux sociaux, c’est beau. Très beau.
Après chaque tragédie, viennent les témoignages de solidarité. On les entend sur les lignes ouvertes le midi à Maisonneuve ou dans les vox pop de journalistes en début de carrière au TVA de 17 heures… On  les lit dans les pages de La Presse à côté des caricatures de Chapleau ou on les envoie sous forme de gerbes de fleurs… It’s part of the game.
Mais, aujourd’hui, à l’ère du 2.0, à l’ère de Facebook et Twitter, j’ai l’impression que la solidarité est en train de prendre une autre signification.
Depuis ce matin, ça n’arrête pas sur les réseaux sociaux. Des usagers envoient des messages de soutien à ceux qui craignent avoir perdu un proche.
[email protected] # Laisse-moi savoir si je peux faire quelque chose
D’autres font des dons et encouragent leurs pairs à faire la même chose.
[email protected] # j’ai donné à Médecins sans frontières et à Rue Frontenac. Pas grand chose, 20 $ et 10 $… à la mesure de mes moyens.
Alors que d’autres que s’occupent de faire circuler l’information en jouant les fils de presse…
RT @ InternetHaïti #  Nous pouvons estimer le compte à 500,000 morts et 3 millions de sinistrés. Le décompte s’alourdit d’heure en heure….
Ou de ramasser des fonds pour leur reportage à Haïti.
RT @ Rue Frontenac #  Cherchons $$ pour envoyer une équipe à Haïti. L’avion est pas mal réglé (merci!), reste le reste.
Depuis hier, ça se mobilise, ça se soutient et ça agit. Pour vrai.
C’est encore plus beau que dans une chanson de Wyclef.
On aura beau entretenir toute la haine du monde par rapport à Twitter, ce qui se passe aujourd’hui, en ce lendemain de tragédie, est d’une humanité sans borne. Plus que jamais, la planète est connectée et je suis plus fière de prendre part à ce mouvement, de faire partie de cette génération 2.0.
Pas vous?

  • Alexandre Boudreault Blanchette

    Bien d’Accord!

    Il n’est pas que diabolique ce Web2!!
    (c’est ce qu’on fait avec l’outil qui compte!!)

  • Violaine Ducharme

    « [email protected] j’ai donné à Médecins sans frontières et à Rue Frontenac. Pas grand chose, 20 $ et 10 $… à la mesure de mes moyens. »

    Ce message a été mal recopié dans son retweeting. C’est Cécile Gladel qui a fait ces dons, pas moi. Rendons à César ce qui lui revient.

  • Catherine Perreault-Lessard

    Corrigé Violaine! Je croyais qu’il fallait inscrire le nom du destinataire après le @.